NOUVELLES

Myanmar: les autorités imposent une politique de 2 enfants par famille musulmane

25/05/2013 10:04 EDT | Actualisé 25/07/2013 05:12 EDT

RANGOUN, Myanmar - Une politique de limite de deux enfants par famille a été instaurée auprès des musulmans Ronhingya par les autorités de l'État de Rakhine, dans l'ouest du Myanmar, pour tenter de calmer les tensions entre ce groupe et ses voisins bouddhistes dans la foulée d'une flambée de violence communautaire, a indiqué un responsable, samedi.

Des représentants locaux ont expliqué que la nouvelle mesure, qui fait partie d'une politique plus large prévoyant également l'interdiction de la polygamie, sera appliquée à deux villages de l'État de Rakhine, qui abrite la plus importante population musulmane du pays et partage une frontière avec le Bangladesh. La population des villages de Buthidaung et de Maundaw est composée de 95 pour cent de musulmans.

La mesure a été adoptée il y a une semaine, dans la foulée du dépôt d'un rapport de la commission spéciale nommée par le gouvernement, dans lequel diverses propositions ont été émises pour réduire les tensions. Entre autres mesures proposées figurent notamment l'instauration d'un programme de planning familial, afin de ralentir la croissance de la minorité musulmane, a soutenu la porte-parole de l'État de Rakhine, Win Myaing.

La commission a également recommandé de doubler le nombre d'agents de sécurité dans la région.

Les violences communautaires au Myanmar ont éclaté il y a près d'un an dans l'État de Rakhine entre les régions bouddhistes et musulmanes. Les émeutes de bouddistes, armés de machettes, ont forcé des milliers de musulmans à fuir leur demeure. Les violences ont fait des centaines de morts et ont entraîné le déplacement de 125 000 personnes, pour la plupart de confession musulmane.

Le soulèvement religieux s'est mué, depuis ces débordements, en une véritable campagne contre les autres communautés musulmanes à travers le pays.

«La croissance de la population des musulmans Rohingyas est de dix fois supérieure à celle des bouddhistes Rakhines. La surpopulation est l'une des causes des tensions actuelles», a dit Win Myaing.

Elle a ajouté que les autorités n'avaient pas déterminé, pour l'instant, quelle méthode serait privilégiée pour l'application de cette politique familiale, soulignant toutefois qu'elle serait obligatoire dans les villages de Buthidaung et de Maundaw. La mesure ne sera cependant pas implantée dans les autres régions de l'État de Rakhine, puisque la population de musulmans y est plus réduite.

PLUS:pc