NOUVELLES

Jordanie: le roi s'inquiète de l'extrémisme dans le conflit israélo-palestinien

25/05/2013 01:44 EDT | Actualisé 25/07/2013 05:12 EDT

AMMAN, Jordanie - Le roi de Jordanie, Abdallah II, a déclaré samedi que l'extrémisme avait atteint un nouveau paroxysme dans le long conflit opposant Israéliens et Palestiniens.

À l'ouverture d'une rencontre de deux jours du Forum économique mondial, sur les rives de la mer Morte, il a soutenu que des négociations de «bonne foi» devaient être enclenchées.

Le roi a notamment évoqué une proposition arabe, qui offrirait à Israël la reconnaissance des États arabes en échange de terres pour accueillir les Palestiniens, en fonction des frontières établies en 1967.

Le roi Abdallah II, qui conserve des relations cordiales avec l'État hébreu depuis la signature d'un accord de paix en 1994, a demandé la suspension des activités de construction dans les colonies juives sur les terres réclamées par les Palestiniens en vue d'un futur pays.

La Palestine exige l'arrêt des constructions dans les colonies pour revenir à la table des négociations, qui ont échoué il y a près de cinq ans.

Le gouvernement américain a par ailleurs exprimé son soutien au premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou dans sa volonté de reprendre les discussions, mais sans qu'aucune condition de ce genre ne soit imposée dès le départ.

Le secrétaire d'État américain, John Kerry, a réitéré cette position vendredi, après s'être entretenu avec les leaders israélien et palestinien.

La question des colonies ne devrait pas constituer une embûche aux discussions qui «pourraient mener, finalement, à l'établissement de frontières dans le cadre d'un accord de paix», a-t-il plaidé.

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a quant à lui appelé Israël à «faire de la paix une réalité».

De passage samedi à la rencontre du Forum économique mondial, M. Abbas a également fait la liste de ses priorités, rappelant qu'il voulait mettre fin aux divisions entre Palestiniens, arrêter la colonisation juive et l'occupation israélienne de la Cisjordanie, en plus de libérer les prisonniers palestiniens incarcérés en Israël.

Le Forum économique mondial rassemble quelque 900 représentants d'entreprises et de gouvernements de 23 pays, qui discuteront pendant deux jours de divers enjeux, dont l'islam et la gouvernance, de même que la création d'emplois au Proche-Orient et en Afrique du Nord.

PLUS:pc