NOUVELLES

Federer et son 50e

25/05/2013 07:34 EDT | Actualisé 25/07/2013 05:12 EDT

Roger Federer fait partie du paysage depuis longtemps. À tel point qu'il s'apprête à disputer au stade Roland-Garros à Paris son cinquantième tournoi du Grand
Chelem.

Seul le Sud-Africain Wayne Ferreira a fait mieux: 56 dans sa carrière. Federer a remporté 17 de ses 49 tournois Grand Chelem disputés.  

« C'est incroyable, je ne pensais pas avoir la possibilité d'enchaîner comme cela à ce niveau, a-t-il expliqué samedi. J'en suis très heureux, a dit vendredi l'ancien numéro un mondial, qui gère désormais son calendrier de façon à se préserver pour les grands événements.

« Pendant un Grand Chelem, ajoute-t-il, quand on sait que l'on rentre pour éventuellement 5 manches et que ce sont des matches sur deux semaines, il faut être à son meilleur niveau. J'ai toujours été à la hauteur et capable de relever le défi et je suis très heureux d'avoir été en mesure de le faire pendant aussi longtemps. Mais vous ne pouvez pas vous battre contre les meilleurs niveaux pendant une durée indéfinie. »

Roger Federer a remporté les Internationaux de France en 2009. Il dit aborder cette édition dans des conditions optimales, répondant ainsi à ceux qui le jugent à cours de forme malgré sa finale à Rome.

« Je suis content de mon niveau de jeu à l'entraînement et dans les matches. Je me suis bien senti physiquement et mentalement, et j'ai senti que la confiance revenait petit à petit, a-t-il expliqué. Aujourd'hui, je suis là où j'aimerais être avant ce grand-rendez à Paris. »

Federer est tête de série n°2 du tournoi, et entamera son tournoi 2013 par une confrontation contre un qualifié, l'Espagnol Pablo Carreno-Busta.

Mais il devra aussi affronter le mauvais temps. Froid polaire, ambiance humide et pas de crème solaire. Roland-Garros ouvre ses portes dans une atmosphère lugubre cette année mais les organisateurs ne s'énervent pas. Il a pourtant fait 3,7° Celsius dans la nuit de vendredi à samedi, avec de la grêle et des torrents d'eau à Paris.

« On a plus l'habitude de cette météo à Wimbledon qu'à Roland-Garros », a dit le directeur technique français Patrice Hagelauer.

PLUS:rc