CANNES - Cannes retientt son souffle dans l'attente du palmarès du 66e festival de Cannes, au terme d'une édition riche en histoires d'amour peu conventionnelles, dont une brûlante passion entre deux jeunes femmes, signée Abdellatif Kechiche, qui figurait parmi d'autres grands favoris dont les frères Coen.

La vie d'Adèle de Kechiche a provoqué un vrai choc sur la Croisette, tant la description des tourments de l'amour par le réalisateur français est traité de manière universelle, au-delà de toute question d'orientation sexuelle.

De même, les deux actrices du film Adèle Exarchopoulos, véritable révélation du festival, et Léa Seydoux, étoile montante du cinéma français, pourraient selon les professionnels attraper un prix d'interprétation.

Chez les hommes, l'Américain Michael Douglas, acteur viril s'il en est, figure lui aussi parmi les favoris du prix d'interprétation masculine pour son rôle de showman virtuose, 100% gay et roi du bling-bling pour Ma vie avec Liberace, pourquoi pas là encore avec son "compagnon" Matt Damon.

D'éventuelles récompenses pour ces deux films racontant l'amour et la séparation dans les couples homosexuels interviendraient au jour d'une nouvelle manifestation parisienne sous haute tension organisée dimanche par les anti-mariage gay.

Mais d'autres films de haute facture peuvent aussi séduire le jury composé notamment de l'actrice Nicole Kidman ou les réalisateurs oscarisé Ang Lee et "palmé" Cristian Mungiu, et présidé par Steven Spielberg.

Samedi soir sur le tapis rouge, le réalisateur américain s'est dit "très inspiré" par les films qu'il a vus.

Les professionnels français et étrangers ont beaucoup aimé au gré des 20 films en compétition Inside Llewyn Davis des frères Coen, palme d'Or en 1991 avec "Barton fink". S'ils obtenaient la Palme d'or, ils rejoindraient le club fermé des 6 réalisateurs l'ayant reçu deux fois.

Leur film raconte les tribulations d'un chanteur folk dans le Greenwich village des années 60.

Réunion matinale du jury

Dans ce match franco-américain, l'Asie pourrait jouer les trouble-fêtes entre le Japonais Tel père, tel fils, de Hirokazu Kore-Eda, auteur d'un film sensible autour de la paternité ou encore A touch of sin du Chinois Jia Zhangke, fresque épique dans une Chine où le développement économique provoque corruption et violence.

En embuscade encore, La grande bellezza de l'Italien Paolo Sorrentino, sur les doutes existentiels d'un roi mondain dans une Rome actuelle en pleine décadence morale ou l'Iranien Asghar Farhadi avec Le Passé, chronique d'une famille recomposée à la croisée des chemins.

Chez les acteurs, on surveillait l'Italien Toni Servillo (La grande bellezza), l'Américain Oscar Isaac (Inside Llewyn Davis), ou encore son compatriote Bruce Dern (Nebraska). À moins que le Français Mathieu Amalric, en lice dans deux films (Jimmy P.) et La Vénus à la fourrure, ne rafle la mise.

Chez les femmes, d'autres Françaises ont séduit la Croisette : Marion Cotillard (The immigrant) ou encore Bérénice Béjo dans Le Passé.

Dimanche, dans l'attente du palmarès les derniers pronostics allaient bon train, tricotant et détricotant tous les scénarios possibles. Car le règlement du festival est clair: un film "palmé" ne peut recevoir un autre prix.

Si La vie d'Adèle offrait un prix d'interprétation à l'une ou l'autre des actrices voire les deux, le film d'Abdellatif Kechiche ne pourrait obtenir la Palme d'or.

Le jury devrait se réunir autour de 9h00, heure locale dans une villa sur les hauteurs de Cannes, comme de tradition. Le président du Festival, Gilles Jacob, et le délégué général, Thierry Frémaux, les accompagnent tout au long des délibérations qui peuvent durer toute la journée.

"Ce n'est pas une simple formalité", aime à rappeler Thierry Frémaux, qui a la haute main sur la sélection finale des films en compétition.

Comme déjà vu par le passé, les dissensions ne sont pas rares au sein des jurys, faisant grimper le suspens.

À défaut de connaître avec certitude la Palme d'or 2013 qui succèdera à Amour de l'Autrichien Michael Haneke, on connaît le nom de l'actrice qui la remettra: la sculpturale Uma Thurman, muse de Quentin Tarantino, et ancien membre du jury en 2001.

Kim Novak, incarnation de la blonde hitchcockienne à laquelle un hommage a été rendu samedi soir, en remettra un autre au cours d'une cérémonie présentée, comme pour l'ouverture, par la Française Audrey Tautou.

Loading Slideshow...
  • Le Passé d'Asghar Farhadi

    <strong>Pitch:</strong> Après quatre années de séparation, Ahmad arrive à Paris depuis Téhéran, à la demande de Marie, son épouse française, pour procéder aux formalités de leur divorce. Lors de son bref séjour, Ahmad découvre la relation conflictuelle que Marie entretient avec sa fille, Lucie. Les efforts d'Ahmad pour tenter d'améliorer cette relation lèveront le voile sur un secret du passé. <strong>Avec:</strong> Bérénice Bejo et Tahar Rahim

  • Only God Forgives de Nicholas Winding Refn

    <strong>Pitch:</strong> À Bangkok, Julian, qui a fui la justice américaine, dirige un club de boxe thaïlandaise servant de couverture à son trafic de drogue. Sa mère, chef d’une vaste organisation criminelle, débarque des États-Unis afin de rapatrier le corps de son fils préféré, Billy. Ivre de rage et de vengeance, elle exige de Julian la tête des meurtriers. <strong>Avec:</strong> Ryan Gosling et Kristin Scott Thomas

  • Borgman d'Alex Van Warmerdam

    <strong>Pitch:</strong> Un vagabond est recueilli par un couple de gens aisés. Il va bouleverser leur existence.

  • La Grande Bellezza de Paolo Sorrentino

    <strong>Pitch:</strong> Le film se déroule à Rome et suit Jep Gamberdella, écrivain en mal d'inspiration devenu journaliste par défaut. A force de fréquenter la haute société romaine et les mondanités, il devient cynique. Le souvenir d'un amour de jeunesse le sortira de sa résignation et le poussera à réécrire. <strong>Avec:</strong> Toni Servillo, Luis Tosar et Carlo Verdone

  • Behind the Candelabra de Steven Soderbergh

    <strong>Pitch:</strong> Biopic de Liberace, pianiste virtuose qui affectionnait la démesure et cultivait l'excès, sur scène et hors scène. Récit de sa rencontre avec Scott Thorson et sa "liaison secrète" qui allait durer cinq ans. <strong>Avec:</strong> Michael Douglas et Matt Damon

  • Wara no tate de Takashi Miike

    <strong>Pitch:</strong> Après avoir assassiné la fille d'une puissante figure politique et financière, Kiyomaru se rend à la police. Mais le père de la victime propose 1 milliard de Yen à qui parviendra à le tuer. 5 membres de la police sont chargés de le protéger lors de son transfert de Fukuoka à Tokyo.

  • Inside Llewyn Davis de Joel et Ethan Coen

    <strong>Pitch:</strong> Le film s'inspire librement de la vie du chanteur de musique folk Dave Van Ronk et évoque le quartier new-yorkais de Greenwich Village. <strong>Avec:</strong> Carey Mulligan, Oscar Isaac et Justin Timberlake

  • Michael Kohlhaas d'Arnaud Despallieres

    <strong>Pitch:</strong> Adaptation d'une nouvelle d’Heinrich Von Kleist. Au XVIème siècle, quelque part dans les Cévennes, Michael Kohlhaas, un prospère marchand de chevaux, mène une vie familiale aisée et heureuse. Victime d'une injustice, cet homme pieux et intègre lève une armée et met les villes à sac pour rétablir son droit.

  • La Vie d'Adèle d'Abdellatif Kechiche

    <strong>Pitch:</strong> Adèle a deux certitudes: elle est une fille, et une fille, ça sort avec des garçons. Le jour où elle aperçoit le bleu des cheveux d'Emma, elle sent que sa vie va changer. Avec: Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos

  • Grisgris de Mahamat-Saleh Haroun

    <strong>Pitch:</strong> Un jeune tchadien de 25 ans, malgré une jambe paralysée à cause d'une poliomyélite, se rêve en danseur et semble prêt à tout pour relever ce défi jusqu'à ce que la grave maladie de son oncle le stoppe net dans son élan. Pour gagner l'argent indispensable à le sauver, il décide de travailler pour des trafiquants d'essence.

  • Like father like son de Hirokazu Kore-Eda

    <strong>Pitch:</strong> Un père de famille qui apprend que, suite à un échange de bébés dans un hôpital, l'enfant qu'il élève depuis six ans n'est pas le sien. Il est confronté à un choix complexe avec son épouse: retrouver son enfant biologique ou garder l'enfant qu'ils élèvent tous deux dans la joie depuis sa naissance.

  • Jimmy P. d'Arnaud Desplechin

    <strong>Pitch:</strong> Un ethnologue et psychanalyste français part, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, aux États-Unis étudier le cas d'un vétéran amérindien alcoolique en pleine perte de repères et tenter de l'en sortir à travers une psychothérapie. <strong>Avec:</strong> Mathieu Amalric et Benicio del Toro

  • The Immigrant de James Gray

    <strong>Pitch:</strong> Ewa quitte sa Pologne natale pour New York. Mais, à son arrivée à Ellis Island, elle se retrouve plongée dans les bas-fonds de Manhattan, tombant dans les filets d'un tenancier sans scrupule qui l'entraîne dans la prostitution. <strong>Avec:</strong> Marion Cotillard, Joaquin Phoenix et Jeremy Renner

  • Nebraska d'Alexander Payne

    <strong>Pitch:</strong> Récit d'un vieil acariâtre alcoolique persuadé d'avoir touché le gros lot aux courses et de son fils incrédule qui entend le protéger de ses chimères.

  • Jeune et jolie de François Ozon

    <strong>Pitch:</strong> Le portrait d'une jeune fille de 17 ans en 4 saisons et 4 chansons

  • La Vénus à la fourrure de Roman Polanski

    <strong>Pitch:</strong> Une jeune femme tente de convaincre un metteur en scène qu'elle est la comédienne idéale pour son adaptation d'un classique de la littérature érotique, <em>La Vénus à la fourrure</em>. <strong>Avec:</strong> Emmanuelle Seigner et Mathieu Amalric

  • Un château en Italie de Valeria Bruni-Tedeschi

    <em>Pitch:</em> Plongée dans le destin d'une grande famille de la bourgeoisie industrielle italienne.

  • Heli d'Amat Escalante

    <strong>Pitch:</strong> Immersion au cœur des cartels mafieux et de ses figures imposées: policiers corrompus, hommes de mains sans scrupule, trafiquants de drogue et prostituées.

  • A Touch of Sin de Jia ZhangKe

  • Only Lovers Left Alive de Jim Jarmusch