NOUVELLES

Appel d'offres pour les garderies à 7 $: la demande d'injonction fait jaser

25/05/2013 04:42 EDT | Actualisé 25/07/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - La demande d'injonction de l'Alliance québécoise des garderies privées non subventionnées (AQGPNS), qui conteste l'appel d'offre pour la création de nouvelles places en garderies à 7 $, fait réagir.

L'AQGPNS voulait, par cette requête judiciaire, dénoncer le fait que ses quelque 200 membres soient «injustement exclus» du processus.

En entrevue à La Presse Canadienne, le président de l'Alliance, Khalid Daher, a dit appréhender des impacts négatifs pour plusieurs garderies non subventionnées, comme «des drames, des licenciements, des fermetures, des faillites». Il avance que la plupart des garderies privées vont «périr» et explique que c'est la raison pour laquelle l'AQGPNS a choisi la voie judiciaire pour se faire entendre rapidement.

La Coalition des garderies privées non subventionnées du Québec (CGPNSQ), qui représente plus de 350 membres, a plutôt opté pour le dialogue avec la ministre de la Famille.

La présidente de la CGPNSQ, Marie-Claude Collin, a rencontré Nicole Léger pour lui demander de faire un inventaire du milieu avant créer de nouvelles places.

Mme Collin a affirmé à La Presse Canadienne être «optimiste» après avoir rencontré la ministre vendredi soir. Elle dit espérer des places à 7 $ pour ses membres et indique au passage que certains propriétaires de garderies pourraient vouloir «convertir leur entreprise en CPE».

Pour sa part, l'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) a rejeté catégoriquement l'une ou l'autre des approches des garderies privées non subventionnées, demandant même un moratoire complet sur la création de places en garderie non subventionnées.

En entrevue à La Presse Canadienne, le directeur général de l'AQCPE, Louis Senécal, a dénoncé l'augmentation du nombre de places dans ces garderies qui, selon lui, s'est faite de façon «anarchique», causant «un problème considérable».

M. Senécal croit que l'approche du gouvernement est la bonne et rappelle que des garderies privées non subventionnées peuvent participer à l'appel d'offres si elles acceptent de se soumettre au processus élaboré.

Évoquant l'importance de protéger les parents en attente d'une place et les sommes investies par les CPE pour bâtir des projets, M. Senécal a promis que l'AQCPE allait réclamer des dommages aux responsables des éventuels retards entraînés par un processus judiciaire.

L'audience concernant la demande d'injonction de l'AQGPNS aura lieu jeudi.

PLUS:pc