POLITIQUE

Vision Montréal propose la création d'une usine d'asphalte municipale

24/05/2013 12:49 EDT | Actualisé 24/07/2013 05:12 EDT
Caroline d'Astous

Vision Montréal présentera mardi prochain au Conseil municipal une motion proposant que Montréal se dote de sa propre usine de fabrication d'asphalte. Une telle usine permettrait notamment de court-circuiter le système de collusion qui s'est installé dans la région de Montréal au cours des dernières années.

« Une production d'asphalte municipale permettra de briser l'existence de tout cartel qui maintient un marché fermé à Montréal », a déclaré la chef du parti Vision Montréal, Louise Harel. « Encore hier, le témoin Gilles Théberge déclarait à la commission Charbonneau que la collusion avait permis des marges de profit de 30 %, au lieu de 4 à 8 % dans un marché libre de l'asphalte. »

En plus de stimuler la concurrence public-privé, la production d'asphalte favoriserait l'autonomie de la Ville et permettrait de ramener une « expertise interne au sein des services de la Ville », estime Vision Montréal. « On ne peut plus abandonner notre vigilance au profit du secteur privé », poursuit Mme Harel. « Une chose est sûre : dans la situation actuelle, il faut oser sortir des sentiers battus. »

Un asphalte amélioré

La motion de Vision Montréal proposera également la production d'un asphalte novateur développé grâce au savoir-faire de l'École de technologies supérieures. L'arrondissement du Sud-Ouest l'a d'ailleurs expérimenté dans les rues de son territoire au cours du printemps.

« L'arrondissement du Sud-Ouest en a donné l'exemple récemment, alors que nous avons utilisé un solvant développé par l'École de technologie supérieure (ÉTS) et des matériaux recyclés pour combler de manière satisfaisante, à prix compétitif, des nids-de-poule, malgré des conditions difficiles », affirmé le maire de l'arrondissement, Benoit Dorais.

Le maire Dorais souligne qu'outre les avantages économiques pour Montréal de disposer de sa propre usine d'asphalte, les bénéfices seront également importants pour l'environnement. Le nouvel asphalte qui est l'objet du projet de Vision Montréal contient des produits recyclés comme des résidus d'asphalte. Dans l'arrondissement du Sud-Ouest, quelque 2000 à 4000 tonnes d'asphalte pourraient être ainsi détournées des centres d'enfouissement.

Le parti de Louise Harel croit qu'il faut également investir dans la recherche et le développement de ce secteur d'activités. « Le Laboratoire sur les chaussées et matériaux bitumineux de l'ÉTS en est un exemple », explique le maire du Sud-Ouest. « Les bénéfices pour les Montréalais sont trop nombreux pour que nous n'étudiions pas plus en profondeur les possibilités », conclut-il.

INOLTRE SU HUFFPOST

Qui se présente? Qui ne se présente pas?