NOUVELLES

Un ex-président du Guatemala extradé aux États-Unis

24/05/2013 05:25 EDT | Actualisé 24/07/2013 05:12 EDT

L'ex-président guatémaltèque Alfonso Portillo a été extradé vers les États-Unis, vendredi, où il est accusé d'avoir détourné 70 millions de dollars américains de fonds publics du Guatemala à travers des comptes bancaires américains.

L'ancien président, qui se trouvait dans un hôpital militaire pour se remettre d'une opération au foie et de problèmes cardiaques, a été transporté à bord d'un avion, a indiqué son avocat, Mauricio Berreondo. Il a précisé que l'appareil devait se poser à New York après une escale à Miami.

Alfonso Portillo a été président du Guatemala de 2000 à 2004.

Me Berreondo a blâmé le gouvernement guatémaltèque pour les risques encourus par son client, qui est malade et qui a lancé plusieurs procédures d'appel au Guatemala.

Alfonso Portillo a été déplacé de l'hôpital sur les ordres du secrétaire guatémaltèque de l'Intérieur, Mauricio Lopez Bonilla, a affirmé Me Berreondo.

L'ambassade des États-Unis au Guatemala a indiqué dans un communiqué que cette décision des autorités guatémaltèques représentait une importante affirmation de la primauté du droit, ajoutant que les États-Unis épaulaient le Guatemala dans sa volonté de renforcer l'État de droit et de combattre le crime organisé.

L'extradition de l'ancien président Portillo survient quelques jours seulement après que la condamnation de l'ex-dictateur Efrain Rios Montt eut été annulée par le plus haut tribunal du Guatemala. Cette décision a été largement critiquée partout à travers le monde, incluant aux États-Unis.

Le Guatemala tente de construire un nouveau système judiciaire crédible, notamment avec l'aide d'un groupe de procureurs envoyés par l'ONU.

Les accusations américaines contre Alfonso Portillo indiquent qu'il aurait déposé de l'argent dans un compte de Miami, pour ensuite le transférer à Paris, dans un compte enregistré aux noms de son ex-épouse et de sa fille.

L'ordre d'extradition de M. Portillo, d'abord approuvé par l'ancien président Alvaro Colom en 2011, a ensuite été maintenu par le plus haut tribunal guatémaltèque. Alfonso Portillo avait alors déclaré que l'accord du tribunal constituait une violation de ses droits.

Avant la fin de son mandat en 2004, l'homme s'était réfugié au Mexique, où il avait commencé une carrière de conseiller financier pour une entreprise de matériaux de construction. Il avait ensuite été extradé vers le Guatemala, en 2008, pour faire face à des accusations de détournement de fonds.


Associated Press

PLUS:rc