NOUVELLES

Sécurité routière : les publicités n'auraient aucun effet sur les conducteurs

24/05/2013 06:20 EDT | Actualisé 24/07/2013 05:12 EDT

Les publicités sur la sécurité routière qui visent à améliorer le bilan routier n'auraient aucune répercussion sur le comportement des conducteurs. Du moins, il s'agit de l'une des conclusions de la thèse de doctorat d'un professeur en publicité sociale de l'Université Laval, Christian Desîlets.

Selon ce dernier, elles influeraient surtout sur l'opinion publique, qui serait alors plus favorable à un durcissement de mesures contraignantes et aux lois plus répressives.

Christian Desîlets constate que plusieurs organisations vouées à la promotion de la sécurité routière, en Amérique du Noird et à l'étranger, reconnaissent que la publicité ne change pas les comportements.

« Les gens ne changent pas leur comportement volontairement. Ils n'ont pas peur d'avoir des accidents. Ils n'ont pas peur d'eux-mêmes. Ce qui fait que le bilan routier s'améliore dans ce modèle-là, c'est la peur de la police. C'est vraiment la répression et l'accumulation des lois », fait-il valoir.

Cette thèse permettrait, selon lui, d'expliquer pourquoi le bilan routier pour l'alcool au volant s'améliore plus rapidement que celui de la vitesse. « La contribution de la publicité à l'amélioration du bilan routier finalement, c'est de contribuer à scandaliser la population », dit-il.

De son côté, la vice-présidente à la sécurité routière de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ), Johanne Saint-Cyr, défend l'efficacité de ces publicités. « À la SAAQ, on estime que c'est une conjugaison de plusieurs interventions incluant la législation qui font la différence », affirme-t-elle.

Cette dernière ajoute que lorsque la SAAQ cesse ses activités de sensibilisation sur un sujet, le port de la ceinture de sécurité par exemple, les gens reprennent leurs mauvaises habitudes.

PLUS:rc