NOUVELLES

Mort d'un enfant: un conducteur d'Edmonton est libéré sous caution

24/05/2013 10:32 EDT | Actualisé 24/07/2013 05:12 EDT

EDMONTON - Une juge d'Edmonton, inébranlable malgré les cris et les insultes d'une foule en colère, a accordé une libération sous caution à un individu accusé de conduite avec les facultés affaiblies dont le VUS a dévasté la terrasse d'un restaurant, tuant du même coup un jeune enfant.

Geo Mounsef, âgé de deux ans, a été coincé contre un mur lors de l'accident survenu la fin de semaine dernière, et est décédé à l'hôpital.

La mère du garçon a quitté précipitamment la salle d'audience, vendredi, alors que la juge continuait de lire sa décision. Le père de la victime a alors suivi, criant et lançant des insultes en direction de l'accusé, Richard Suter, qui comparaissait par vidéoconférence.

La juge Janet Dixon, de la Cour provinciale, s'est interrompue lors de cet éclat, et a quelque peu bégayé, mais a poursuivi sa lecture malgré deux autres interruptions de la part du public en colère.

La juge a ordonné la libération de Richard Suter, âgé de 62 ans, en échange d'une caution de 1000 $, et à condition qu'il demeure sobre après sa libération. Son permis de conduire a également été suspendu par la police au moment de l'accident.

Les détails des informations présentées lors de l'audience de libération sous caution ainsi que les arguments de la juge sont sous le coup d'un interdit de publication.

«Le fait que cet homme retourne dans le confort de son domicile pendant que mon fils repose dans un salon funéraire est, semble-t-il, ce que l'on appelle la justice dans ce pays», a lancé Sage Morin, la mère de la victime, tenant serrée dans ses mains une photo encadrée de son fils.

«La perte de notre petit Geo nous frappe au plus profond de nos coeurs», a ajouté Mme Morin. «Nos vies ne seront plus jamais les mêmes et il faudra beaucoup, beaucoup de temps pour guérir de cet horrible drame.»

La police allègue que Suter se trouvait dans son véhicule, stationné à l'extérieur d'un restaurant d'Edmonton, lorsqu'il a actionné sa voiture vers l'avant plutôt que vers l'arrière.

Les parents de la victime ont également été blessés, mais le plus jeune fils, âgé de cinq mois, s'en est tiré sain et sauf.

Suter est accusé de conduite avec les facultés affaiblies ayant causé la mort, de conduite avec les facultés affaiblies ayant causé des lésions corporelles et de refus de subir un alcootest. Il doit revenir en cour le 28 juin.

À l'extérieur de la salle de cour, l'avocat de la défense, Dino Bottos, a dit craindre pour la sécurité de son client en raison de l'indignation de la population au sujet de cette affaire.

Il a également dit comprendre que la famille soit en colère et inconsolable.

«Mais le public doit réaliser qu'une demande de libération conditionnelle n'est pas la même chose qu'un procès.»

Me Bottos compte prouver que son client n'était pas en état d'ébriété au moment de l'accident.

«Je suis d'avis qu'il s'agit d'une erreur, et la véritable question, lors du procès, sera de déterminer s'il s'agit d'une erreur de nature criminelle, ou d'une erreur de nature civile», a précisé Me Bottos.

L'avocat a décrit son client comme étant un homme d'affaires à la retraite et un grand-père sans antécédent judiciaire, «un homme respectable lui-même affligé par ce qui est arrivé ici».

Les funérailles du jeune garçon doivent avoir lieu mercredi.

PLUS:pc