NOUVELLES

Les meilleurs marqueurs de la MLS s'affronteront dans le match Union-Impact

24/05/2013 05:39 EDT | Actualisé 24/07/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - De petits attaquants aux pieds vifs retiendront l'attention lors du match entre l'Union de Philadelphie et l'Impact de Montréal, samedi soir.

Jack McInerney, de l'Union, cinquième dans l'Est en vertu de sa fiche de 5-4-3, mène la Major League Soccer avec huit buts. Du côté de l'Impact, un rang devant l'Union avec un dossier de 6-2-2, compte quant à lui sur Marco Di Vaio, qui fait partie d'un groupe de trois joueurs à six buts, même s'il a joué deux matchs de moins que l'attaquant de la Pennsylvanie.

À cinq pieds, 10 pouces, McInerney, repêché avec le septième choix au total par l'Union en 2010 alors qu'il évoluait encore à l'école secondaire, est sorti de sa coquille à sa troisième saison professionnelle. Sa vitesse autour du filet et son habileté à se démarquer sont similaires à ce que fait Di Vaio, cinq pieds 11 pouces et qui, à 36 ans, est de 16 ans son aîné.

Les vétérans arrières montréalais Alessandro Nesta et Matteo Ferrari en auront assurément plein les bras avec McInerney.

«C'est important que notre défensive le marque bien, parce qu'il connaît une très bonne saison, a déclaré le milieu de terrain Patrice Bernier. Il est agile et très rapide.

«Ce sera un match difficile pour Alessandro et Matteo. Nous devrons connaître un fort match. Ils ont signé trois victoires à l'étranger, alors c'est une équipe dangereuse.»

L'Union a été difficile à cerner jusqu'ici, compilant une fiche de 3-2-1 à l'étranger et de 2-2-1 à domicile. Au cours de leurs trois derniers matchs, ils ont blanchi deux fois le Fire de Chicago 1-0, mais aussi perdu 4-1 face au Galaxy de Los Angeles.

L'Impact affiche quant à lui un dossier de 4-0-1 au stade Saputo. Ils ont préservé cette fiche sans défaite à leur dernier match à domicile grâce à des buts tardifs de Di Vaio et Ferrari, qui leur ont permis de vaincre le Real Salt Lake 3-2, le 11 mai.

Nesta doit revenir au jeu après avoir guéri sa blessure à l'aine qui l'ennuie depuis un certain, mais la défensive de l'Impact soulève encore quelques interrogations.

Jeb Brovsky représente un cas incertain après avoir subi six fractures du nez dans le match aller de la finale du Championnat canadien, le 15 mai.

Brovsky a complété la rencontre face aux Whitecaps de Vancouver avant de se rendre à l'hôpital où il a dû subir une intervention chirurgicale. Il s'est entraîné toute la semaine avec un masque, mais on l'a souvent vu le retirer pour essuyer de la buée s'y étant formée.

L'entraîneur-chef Marco Schällibaum a dit de Brovsky qu'il est un guerrier. Bernier ne l'a pas contredit.

«Certains auraient raté trois ou quatre semaines, mais il est déjà disponible pour samedi, a indiqué Bernier. Ça l'ennuiera peut-être un peu, mais pas suffisamment pour la qualité de son jeu s'en ressente. Il devra peut-être retirer de la buée sur les lignes de côté en quelques occasions, à la manière des joueurs de hockey.»

Hassoun Camara a quant à lui quitté l'entraînement de jeudi avant la fin sans qu'on ne sache trop pourquoi, tandis que Maxim Tissot, qui a effectué son premier départ en MLS comme arrière-droit face au Real, ratera de deux à trois semaines en raison d'un orteil fracturé.

Schällibaum s'attend à ce que Camara soit disponible et il pourrait utiliser Dennis Iapichino comme arrière-gauche.

Si l'entraîneur-chef n'annonce jamais sa formation partante à l'avance, les entraînements de la dernière semaine laissent entrevoir une formation à deux attaquants, avec Andrew Wenger et Di Vaio, bien que la chimie entre les deux joueurs soit bien mince.

L'Impact devra de nouveau se passer de l'attaquant Daniele Paponi (ischio-jambiers) et des milieux de terrain Andrea Pisanu (ischio-jambiers) et Davy Arnaud (commotion). Le match doit commencer à 19h.

PLUS:pc