NOUVELLES

La bureaucratie nuit à la lutte contre le coronavirus, selon l'OMS

24/05/2013 12:18 EDT | Actualisé 23/07/2013 05:12 EDT

GENÈVE - Les efforts internationaux pour vaincre un nouveau virus qui s'apparente à la pneumonie et qui a déjà tué 22 personnes, principalement en Arabie saoudite, sont ralentis par la rétention d'information et la concurrence commerciale selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Lors de l'assemblée annuelle de l'agence, la directrice générale de l'OMS, Dre Margaret Chan, a lancé un avertissement à propos du virus qui pourrait avoir des conséquences considérables à l'échelle planétaire.

Elle s'en est prise aux scientifiques et aux agences de santé qui permettent que des échantillons de virus soient échangés de façon bilatérale entre des laboratoires qui obtiennent ensuite des droits de propriété intellectuelle sur les nouvelles maladies.

Dre Chan faisait ainsi une référence explicite à la controverse survenue lorsque le microbiologiste saoudien Ali Mohamed Zaki a fait parvenir un échantillon du coronavirus au virologiste Ron Fouchier du Erasmus Medical Centre au Pays-Bas.

Ce laboratoire privé a par la suite obtenu un brevet sur la méthode par laquelle le chercheur néerlandais a synthétisé le germe. Le laboratoire demande depuis aux autres chercheurs qui veulent l'échantillon de signer une entente qui pourrait éventuellement mener à un paiement.

L'Arabie saoudite, où le premier cas de coronavirus a été répertorié, affirme que le processus d'enregistrement du brevet a retardé le développement d'outils diagnostiques et de tests sanguins.

«Il y a eu une période de trois mois pendant laquelle nous n'étions pas au courant de la découverte du virus», a révélé à Genève le sous-ministre saoudien de la Santé, Ziad Memish.

Il affirme que l'échantillon a été envoyé au laboratoire néerlandais sans permission officielle.

PLUS:pc