NOUVELLES

La Banque Nationale étudie la possibilité de faire des acquisitions

24/05/2013 11:17 EDT | Actualisé 24/07/2013 05:12 EDT

TORONTO - La Banque Nationale (TSX:NA) est intéressée à faire de nouvelles acquisitions, mais elle sera très sélective quant aux secteurs dans lesquels elle choisira d'investir.

«La gestion de patrimoine reste une priorité pour nous», a affirmé vendredi le président et chef de la direction de la banque, Louis Vachon, au cours d'une conférence téléphonique.

«Si une bonne occasion se présentait, du point de vue culturel et stratégique, nous serions intéressés», a-t-il précisé.

La banque établie à Montréal a récemment terminé l'intégration de deux acquisitions dans le secteur de la gestion de patrimoine — Wellington West Holdings et Valeurs mobilières HSBC — au sein de ses activités.

Mais la banque se tiendra loin des acquisitions dans le secteur des services bancaires privés et commerciaux, après avoir eu de la difficulté dans ses efforts pour intégrer un portefeuille de 330 millions $ d'hypothèques non garanties.

«Le portefeuille acquis offre une performance conforme aux attentes, mais au cours de la transition vers notre système, nous avons éprouvé des difficultés opérationnelles qui ont eu un impact sur les provisions pour pertes sur créances et les incidents de paiement», a expliqué le vice-président de la gestion du risque, William Bonnell.

La Banque Nationale a aussi annoncé vendredi une hausse de son dividende et un nouveau programme de rachat d'actions. Son bénéfice pour le deuxième trimestre a en outre largement surpassé les attentes des analystes.

La sixième plus grande banque du pays a augmenté son dividende trimestriel de quatre cents par action pour le porter à 87 cents. Le nouveau dividende entrera en vigueur avec le versement du mois d'août.

Le programme de rachat d'actions permettra à la Nationale de prendre possession et d'annuler de jusqu'à 3,2 millions d'actions dans les 12 mois suivant le 20 juin.

La Banque Nationale a affiché un bénéfice du deuxième trimestre de 434 millions $, soit 2,49 $ par action, pour le trimestre clos le 30 avril, en baisse par rapport à celui de 553 millions $, ou 3,22 $ par action, de la même période l'an dernier. Le résultat de l'an dernier comprenait un gain non récurrent de 198 millions $.

Le bénéfice ajusté du plus récent trimestre s'est élevé à 369 millions $, ce qui représente une hausse de six pour cent par rapport à l'an dernier. Par action, ce bénéfice se chiffre à 2,08 $, une croissance de sept pour cent par rapport à celui de 1,95 $ de l'an dernier.

Les revenus ont cédé huit pour cent pour s'établir à 1,386 milliard $, comparativement à 1,499 milliard $ un an auparavant.

Les analystes s'attendaient en moyenne à un bénéfice ajusté de 1,98 $ par action et à un bénéfice net de 1,99 $ par action, à partir de revenus totalisant 1,26 milliard $, d'après la firme Thomson Reuters.

L'action de la Banque Nationale a avancé vendredi de 1,46 $ pour clôturer à 77,02 $ à la Bourse de Toronto.

PLUS:pc