NOUVELLES

Impôts impayés: le néo-démocrate Tyrone Benskin suspendu du cabinet fantôme

24/05/2013 02:06 EDT | Actualisé 24/07/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a suspendu vendredi un membre de son cabinet fantôme, le député montréalais Tyrone Benskin, pour cause d'impôts impayés.

M. Benskin, un ancien acteur, s'est vu retirer ses responsabilités de porte-parole en matière de langues officielles jusqu'à ce qu'il ait réglé ses démêlés avec le fisc.

Cette annonce survient après que Revenu Québec eut contacté la Chambre des communes pour saisir une partie de son salaire de 160 000 $. Le député de Jeanne-le-Ber doit plus de 58 000 $ en impôts impayés entre 2007 et 2011.

M. Benskin a présenté ses excuses dans un communiqué. Il a expliqué que sa vie d'artiste l'avait parfois placé dans des conditions financières précaires, sans revenus pendant des semaines, voire des mois consécutifs. Le député néo-démocrate a déclaré qu'il assumait l'entière responsabilité de ses gestes, promettant de s'en occuper personnellement.

«Afin que notre société soit juste et équitable, chaque citoyen doit faire sa part. Je n'ai pas toujours fait la mienne et je m'en excuse», déclare-t-il dans le communiqué.

«Heureusement, je travaille à régler ma situation. J'entends bien rembourser chaque cent de l'argent que je dois, dès que possible.»

Le chef du NPD, Thomas Mulcair, s'est dit satisfait des excuses présentées par son député, ajoutant qu'il sera toutefois écarté du cabinet fantôme jusqu'à ce qu'il ait remboursé ses impôts.

Lors d'un point de presse, M. Mulcair n'a cependant pas mentionné la possibilité d'exclure définitivement le député du caucus néodémocrate.

«Pour l'instant, le plus important est de régler la situation, et c'est ce qu'il s'est engagé à faire tout en s'excusant. Je crois que c'est la meilleure chose à faire dans les circonstances», a dit le chef néo-démocrate.

Le NPD s'était attiré des critiques quant à son choix de candidats pour les élections de 2011, lorsqu'une percée surprenante avait permis de faire élire 59 députés au Québec.

Dans les jours suivant le scrutin, les curriculum vitae des nouveaux députés avaient fait l'objet d'un examen scrupuleux dans les médias du Québec, et de la part du Bloc québécois; ce parti a été pratiquement rayé de la carte par la soi-disant «vague orange».

M. Benskin avait déposé l'an dernier un projet de loi privé au Parlement en lien avec les impôts, qui avait cependant été rejeté par les conservateurs.

Le projet de loi aurait permis d'établir une moyenne des revenus de certaines personnes pendant un nombre d'années données, de sorte que le paiement des impôts ne serait pas trop brutal pour les périodes où ils gagneraient davantage. M. Benskin avait expliqué qu'il s'agissait d'une mesure pour aider les artistes n'ayant pas accès à l'assurance-emploi.

«Il s'agit d'un projet profondément personnel pour M. Benskin, qui a été un artiste pendant plus de 30 ans», a déclaré son bureau dans un communiqué, l'an dernier.

Le projet de loi C-427 «est né d'une compréhension étroite des nombreux défis pressants auxquels doivent faire face les artistes canadiens contemporains», ajoutait le communiqué.

Les conservateurs ont évoqué le cas de M. Benskin pour présenter les néo-démocrates comme des hypocrites.

Selon eux, alors que le NPD lance diverses accusations à propos de l'abus de fonds publics et du laxisme en matière d'évasion fiscale, le parti devrait plutôt jeter un oeil dans ses rangs.

Deux ministres ont mentionné le nom du député néo-démocrate vendredi.

Le ministre de l'Industrie, Christian Paradis, a été interrogé à propos du scandale des dépenses du Sénat et a répondu en parlant de M. Benskin.

Il a estimé que M. Mulcair n'avait pas suffisamment puni son député.

«Lorsque le NPD veut prêcher par l'exemple, je crois que ses propres membres devraient respecter la loi sur le revenu... Ils auraient dû l'expulser du caucus entre-temps», a-t-il déclaré à Ottawa.

«Ils doivent résoudre leurs problèmes. C'est très grave.»

PLUS:pc