NOUVELLES

Gabriel Nadeau-Dubois ne sera pas des «Bronzés» à la Première Chaîne

24/05/2013 04:45 EDT | Actualisé 24/07/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Gabriel Nadeau-Dubois ne sera finalement pas chroniqueur à l'émission «Les Bronzés font de la radio», a confirmé vendredi Radio-Canada.

L'ex-leader étudiant a réalisé, à la suite de l'enregistrement d'un pilote, qu'il était plus ou moins à l'aise avec le ton de cette nouvelle émission estivale, selon Diane Thérien, déléguée aux communications de la Première Chaîne de Radio-Canada.

«À la suite de cet exercice-là, on a demandé des ajustements pour être plus près du mandat de l'émission, et M. Nadeau-Dubois nous a fait part qu'il ne souhaitait plus participer à l'émission», a indiqué Mme Thérien en entrevue téléphonique.

Les deux parties ont ainsi convenu d'un commun accord que leurs chemins se sépareraient.

«Nous nous quittons sans rancune, a résumé Gabriel Nadeau-Dubois dans un courriel envoyé à La Presse Canadienne. Le ton de l'émission n'était pas le meilleur pour moi et je n'étais pas le meilleur pour le ton de l'émission.»

L'émission «Les Bronzés font de la radio», animée par Jean-Sébastien Girard, se veut légère et humoristique, et pas nécessairement collée à l'actualité, a souligné la Première Chaîne. Jean-Philippe Cipriani, Chantal Lamarre et Frédéric Lambert y collaboreront.

Plus de détails sur le format de l'émission seront dévoilés d'ici environ deux semaines. La première de l'émission sera diffusée le 28 juin.

Gabriel Nadeau-Dubois a été coporte-parole de la Coalition large pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) au plus fort du conflit étudiant du printemps 2012.

C'est la seconde fois en moins de deux ans qu'un chroniqueur recruté par la Première Chaîne se retire avant même d'entrer en ondes.

En août 2011, Gilles Duceppe s'était désisté de l'émission «Médium large» avant de prononcer ses premiers mots au micro. M. Duceppe venait alors de démissionner de son poste de chef du Bloc québécois après la débâcle électorale du 2 mai.

Le directeur des relations publiques de la société d'État, Marc Pichette, avait affirmé qu'«il avait été soulevé qu'en tant que politicien qui avait récemment quitté ses fonctions, il ne pourrait pas traiter de politiques publiques durant ses chroniques, car cela contrevient à la politique des programmes».

PLUS:pc