NOUVELLES

Abandon du projet de l'Hôtel-Dieu : des patients appuient les médecins contestataires

24/05/2013 08:02 EDT | Actualisé 24/07/2013 05:12 EDT

Le mouvement de contestation des médecins et spécialistes pour dénoncer l'abandon du projet d'agrandissement de l'Hôtel-Dieu de Québec prend de l'ampleur. Le regroupement invite maintenant les patients et la population a signé une pétition pour empêcher le gouvernement d'aller de l'avant avec la construction d'un nouvel hôpital à côté de l'Enfant-Jésus.

Jusqu'ici, le Forum des médecins, dentistes, pharmaciens et chercheurs de l'Hôtel-Dieu de Québec a réussi à recueillir 2 000 signatures auprès du personnel soignant et des patients. Un macaron à l'effigie "Sauvons l'Hôtel-Dieu de Québec" sera aussi distribué dans l'hôpital.

Gynécologue-oncologue à l'Hôtel-Dieu et porte-parole du forum, la Dre Marie Plante, affirme que plusieurs patients s'inquiètent de l'abandon du projet d'agrandissement au profit d'un nouvel hôpital dans Limoilou.

« Ça nous indique qu'on n'est pas dans le champ avec nos requêtes et que ça répond vraiment à une inquiétude grandissante auprès de nos patients qui nous disent de plus en plus, on a peur que ça ferme. C'est notre hôpital, c'est un hôpital qui a une grandeur intermédiaire mais qui est chaleureux et humain. Les gens ne veulent vraiment pas déménager dans un immense projet hospitalier », affirme la Dre Plante.

Les médecins maintiennent toujours que la construction d'un super hôpital regroupant plusieurs spécialités deviendra un « monstre administratif » où les patients deviendraient anonymes.

Étude attendue

Une grande majorité de dentistes et pharmaciens et chercheurs de l'Hôtel-Dieu s'opposent à l'abandon du projet en faisant valoir que la décision gouvernementale ne tient pas compte des besoins des malades et du personnel médical. D'autres médecins croient au contraire que le regroupement des soins dans un hôpital neuf, plus accessible, serait souhaitable et moins coûteux.

Les coûts d'agrandissement de l'Hôtel-Dieu, qui étaient évalués à 400 millions de dollars en 2007, dépassent maintenant le milliard de dollars. La construction d'un hôpital au coeur du quartier historique implique plusieurs contraintes patrimoniales qui ont fait gonfler la facture.

Le gouvernement Marois a demandé une étude ce printemps pour déterminer si la construction d'un hôpital neuf ne serait pas une meilleure solution.

Cette étude de faisabilité doit être déposée le 21 juin.

PLUS:rc