NOUVELLES

Patrick Roy suscite la fierté à Québec

23/05/2013 07:21 EDT | Actualisé 23/07/2013 05:12 EDT

À peine tombée, la nouvelle de l'embauche de Patrick Roy comme entraîneur-chef et vice-président aux opérations hockey par l'Avalanche du Colorado suscite de nombreuses réactions à Québec.

Le copropriétaire des Remparts, Jacques Tanguay, a appris la nouvelle, cet après-midi, de la bouche même de Patrick Roy, qui semblait satisfait du dénouement de sa négociation. Jacques Tanguay se dit extrêmement fier de son ami et associé, dont il a tenu à souligner le travail et le dévouement.

« Patrick est avec nous depuis 10 ans. Après sa brillante carrière dans la Ligue nationale de hockey (LNH), il a donné beaucoup, beaucoup, au hockey junior, aux Remparts de Québec. Il nous a permis d'aller chercher la Coupe Mémorial, en 2006. On a connu beaucoup de succès sous sa direction », affirme-t-il.

Même son de cloche chez le président des Remparts, Claude Rousseau, qui reconnait que la menace du départ de Patrick Roy planait au-dessus de l'équipe depuis plusieurs années.

« Ça fait quand même plusieurs années que ce processus-là arrive au printemps, alors on est content pour lui. On sait qu'il va avoir du succès. Il va rester, en plus de ça, propriétaire des Remparts de Québec. Alors c'est tout ce qu'il faut pour réussir pour tout le monde », dit-il.

Patrick Roy demeurera effectivement copropriétaire de l'équipe. Selon Jacques Tanguay, l'ex-gardien de but est particulièrement attaché à Québec et à son équipe de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Si ses protégés s'attendaient depuis longtemps à ce que leur entraîneur fasse le saut dans la LNH, le gardien de but des Remparts, François Brassard, admet que la nouvelle de son départ a pris les joueurs par surprise.

« C'est certain qu'on est un peu sous le choc. On ne s'attendait pas à changer d'entraineur du jour au lendemain, mais on savait que Patrick avait des projets. Je pense que ça fait longtemps qu'il aspire à un poste dans la Ligue nationale de hockey. Je pense qu'il attendait juste la bonne occasion », lance-t-il.

Le père de Patrick Roy, Michel, estime quant à lui que toutes les conditions étaient réunies pour que son fils accepte l'offre de Denvers.« Je pense que le timing était bon. Il a maintenant 47 ans et le temps passe vite. Cette occasion-là se présentait, je pense que c'était le moment de la saisir d'autant plus que ses enfants ont tous quitté la maison maintenant. »

Il s'agit d'un retour aux sources pour l'ancien gardien de but, qui a soulevé deux fois la Coupe Stanley au Colorado, en 1996 et en 2001. L'Avalanche a même retiré son numéro 33.

Les Remparts tiendront un point de presse, en présence de Patrick Roy, mercredi. L'organisation se mettra à la recherche d'un nouvel entraîneur-chef et d'un nouveau directeur-gérant dans les prochaines semaines.

PLUS:rc