NOUVELLES

«Le Démantèlement» de Sébastien Pilote remporte un prix à Cannes

23/05/2013 03:04 EDT | Actualisé 23/07/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le film québécois «Le Démantèlement» a remporté l'un des trois prix décernés dans le cadre de la Semaine de la critique à Cannes.

Le deuxième long métrage de Sébastien Pilote, après «Le Vendeur», a remporté jeudi soir le prix de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) de la 52e Semaine de la critique du prestigieux festival en France.

Il s'est dit «très content», parlant d'un «gros bonus, de la cerise sur le sundae». «Je ne m'attendais à rien, vraiment. Pour moi, l'honneur était déjà de se retrouver à Cannes», a-t-il fait valoir en entrevue téléphonique.

Ce prix récompense l'un des auteurs des sept longs métrages de cette section parallèle, la plus importante avec Un Certain Regard. Le jury est composé des cinéastes membres du conseil d'administration de la SACD Laurent Heynemann, Christine Laurent, Arthur Joffé et Jean Marboeuf.

Concernant ce prix particulier remis pour un «auteur», il a exprimé se sentir comme tel dans son travail. «Je me considère comme un auteur. J'aurais pu écrire des livres. Quand je fais un film, j'ai l'impression un peu d'être un auteur, quand j'écris le scénario, mais aussi lorsque je réalise et fait le montage. J'ai l'impression de bâtir une oeuvre», a-t-il expliqué, disant chercher à marquer durablement les gens «dans la tête et le coeur».

«De recevoir ce prix, ça met les projecteurs sur le film encore davantage. Le film va avoir une carrière à l'extérieur du circuit des festivals. Ce n'est que du bon», a ajouté le cinéaste québécois.

Le distributeur Entertainment One avait déjà annoncé cette semaine que «Le Démantèlement» a trouvé des acquéreurs sur le marché international. Moins d’une semaine après la première mondiale à Cannes, quatre ventes ont été conclues, pour la France, la Suisse, la Grèce et le Moyen-Orient.

Le film, qui sortira à l'automne au Québec, met en vedette Gabriel Arcand dans le rôle principal de Gaby Gagnon. À ses côtés figurent Gilles Renaud, Lucie Laurier, Johanne-Marie Tremblay, Dominique Leduc et Sophie Desmarais — qui tient le rôle central de l'autre long métrage québécois à Cannes cette année, dans Un Certain Regard, «Sarah préfère la course».

Dans «Le Démantèlement», Gabriel Arcand interprète Gaby, propriétaire fermier dont les deux filles habitent en ville.

Le premier film de Sébastien Pilote, «Le Vendeur», avait été projeté début 2011 au Festival de Sundance, aux États-Unis, ce qui avait contribué à son passage dans une trentaine de festivals.

Au-delà du rayonnement obtenu, il s'agit d'une semaine «un peu folle» pour un cinéaste. «Les projections étaient concentrées vendredi et samedi (dernier), et avec les entrevues et les séances photos, c'était un véritable torrent pour l'équipe sur la Croisette», a-t-il évoqué.

Le cinéaste québécois a dit avoir particulièrement apprécié les contacts plus directs lors des projections sous le volet «Cannes cinéphiles». Il a dit y avoir obtenu un accueil «chaleureux» et des commentaires très personnels plus inattendus.

«Un homme retraité âgé est venu au micro pour nous dire: 'J'ai été 40 ans arbitre de boxe, et ce soir, messieurs, vous avez gagné les 12 rounds'», a relaté Sébastien Pilote.

Un autre est venu témoigner qu'il avait comme le personnage du film une bergerie, et des enfants qui ont choisi une autre vie que la ferme. «En voyant votre film ce soir, j'ai décidé de ne pas vendre ma ferme», a-t-il exprimé au micro.

PLUS:pc