NOUVELLES

FMI: les restructurations de dettes d'Etat menacées par le cas argentin

23/05/2013 06:10 EDT | Actualisé 23/07/2013 05:12 EDT

Le litige qui oppose l'Argentine à ses créanciers privés aux Etats-Unis pourrait avoir des conséquences "profondes" et "compromettre" les futures restructurations de dette des Etats, a estimé le FMI dans un rapport publié jeudi.

Après sa faillite de 2001, l'Argentine avait trouvé un accord avec la quasi-totalité de ses créditeurs pour restructurer sa dette au prix d'une décote de près de 70%. Des fonds, surnommés "vautours", ont toutefois refusé tout accord et réclament le remboursement de 1,3 milliard de dollars.

Saisie, la justice américaine doit encore rendre sa décision finale mais leur a pour le moment donné raison en les autorisant à récupérer cette somme au besoin en bloquant le paiement des créanciers ayant accepté la restructuration.

"Le litige actuel avec l'Argentine pourrait avoir des implications profondes sur de futures restructurations de dette en donnant plus de pouvoirs aux créanciers récalcitrants", a indiqué le Fonds monétaire international dans son rapport.

Jusqu'à présent, même s'ils obtenaient gain de cause devant les tribunaux, ces créanciers n'avaient que très peu de moyens d'obtenir leur remboursement. La décision de la justice américaine pourrait donc marquer un précédent et "compromettre" le processus de restructuration, selon le FMI.

En interrompant le paiement des créanciers qui ont participé à la restructuration, cette décision "va vraisemblablement décourager" les créanciers de participer à des processus basés sur le volontariat, estime le FMI.

Elle pourrait également "multiplier" le nombre de créanciers récalcitrants au risque de faire échouer les futures opérations de restructuration, ajoute le Fonds.

Plus généralement, le FMI estime dans son rapport que les récentes restructurations de dette, notamment en Grèce en 2012, ont été "trop limitées et trop tardives".

Le Fonds estime également qu'il y a lieu d'étudier "de nouvelles voies" pour éviter que ses plans d'aide servent d'abord à rembourser les créanciers privés.

jt/soe/lor

PLUS:afp