NOUVELLES

Deux attentats à la bombe font 26 morts au Niger

23/05/2013 08:54 EDT | Actualisé 23/07/2013 05:12 EDT

NIAMEY, Niger - Deux attentats-suicides à la bombe survenus simultanément, jeudi, dans une base militaire et une mine d'uranium au Niger ont fait au moins 26 morts et 30 blessés, selon les autorités.

L'explosion la plus mortelle s'est produite à des installations militaires de la ville d'Agadez, au centre du pays, où 20 soldats ont été tués et 16 autres blessés après que des kamikazes eurent détoné une voiture bourrée d'explosifs, a révélé le ministre nigérien de la Défense, Mahamadou Karidjo, en conférence de presse à Niamey, la capitale.

Trois des kamikazes ont péri dans la déflagration, mais un quatrième a pris un groupe d'aspirants soldats en otage, a ajouté le ministre de l'Intérieur, Abdou Labo. Des négociations étaient en cours avec le ravisseur pour obtenir la libération des jeunes recrues.

À quelque 240 kilomètres au nord-est d'Agadez, d'autres kamikazes ont fait exploser un camion sur une mine d'uranium exploitée par la société française Areva dans la ville d'Arlit. L'une des 14 personnes blessées dans l'attentat est plus tard décédée. Les deux auteurs de l'attaque ont été tués.

Le gouvernement nigérien a décrété une période de deuil national de 72 heures à la mémoire des victimes.

D'après la radio française RFI, les deux attentats ont été revendiqués par un groupe affilié à la branche locale d'Al-Qaida, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (MUJAO).

Les attaques de jeudi sont les plus mortelles à avoir été menées à ce jour par les jihadistes basés au Mali, qui ont réussi à frapper l'armée nigérienne et des installations françaises.

Le Niger a envoyé 650 soldats au Mali dans le cadre de l'intervention militaire lancée par la France en janvier afin de chasser les islamistes du pouvoir.

PLUS:pc