POLITIQUE

Dépenses du sénateur Duffy: des sections du rapport ont été effacées

23/05/2013 07:34 EDT | Actualisé 23/07/2013 05:12 EDT
CP

Le comité sénatorial à majorité conservatrice qui a étudié, derrière des portes closes, les allocations de logement injustement réclamées par Mike Duffy a fait disparaître une référence spécifique à son manque de coopération avec les vérificateurs avant de rendre son rapport public.

Pendant ce temps, mercredi, l'ancien sénateur conservateur déclarait qu'il était heureux que ce même comité examine de nouveau son dossier.

Une version préliminaire du rapport du comité de régie interne du Sénat, obtenue par La Presse Canadienne, révèle les passages qui ont plus tard été abandonnés.

Le présumé refus de collaborer de M. Duffy serait ainsi survenu après qu'il eut remboursé 90 172 $ en dépenses illégales, un paiement facilité par un échange secret d'argent avec Nigel Wright, à l'époque chef de cabinet du premier ministre Stephen Harper. M. Wright a depuis démissionné et M. Duffy a quitté le caucus conservateur.

Un paragraphe biffé raconte comment la firme Deloitte a essuyé une rebuffade lorsqu'elle a demandé à M. Duffy de fournir des documents supplémentaires, ainsi qu'en réclamant une rencontre avec son avocat.

Le passage indiquant que les règles sur les résidences secondaires étaient « claires » a aussi été retiré. Cette mention a cependant été conservée dans les rapports sur deux autres sénateurs, Mac Harb et Patrick Brazeau.

Les libéraux siégeant au comité se sont opposés au rapport final sur M. Duffy lors de la publication de celui-ci, le 9 mai.

Selon ce qu'a déclaré mercredi le ministre des Affaires étrangères John Baird devant la Chambre des communes, deux enquêtes « indépendantes » sont en cours dans l'affaire des dépenses de M. Duffy, soit celle du comité de régie interne du Sénat, mais également celle de la commissaire fédérale à l'éthique Mary Dawson.

Le chef néo-démocrate Thomas Mulcair a toutefois estimé qu'aucun Canadien ne considérerait une enquête du Sénat comme étant « indépendante ».

Du côté des libéraux, le chef Justin Trudeau a accusé le gouvernement de faire obstacle à une vérification sénatoriale.

La Presse Canadienne

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques controverses du gouvernement Harper