NOUVELLES

Denis Lebel milite pour garder l'OACI à Montréal

23/05/2013 03:26 EDT | Actualisé 22/07/2013 05:12 EDT

De passage au Forum international des transports, à Leipzig, en Allemagne, le ministre des Transports du Canada, Denis Lebel, en a profité pour solliciter des appuis au maintien du siège de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) à Montréal.

Le ministre, qui a tenu des rencontres avec les représentants de plusieurs pays, a assuré jeudi, lors d'une conférence téléphonique, qu'il avait obtenu un appui important de plusieurs pays. Il a toutefois refusé d'en dire plus.

« J'ai eu une bonne réponse dans l'ensemble des discussions que nous avons eues. Mais on sait que nous avons encore du travail à faire. [...] Je ne dévoilerai pas pour l'instant les supports directs que j'ai reçus ici. Mais les choses se présentent bien », a affirmé Denis Lebel.

M. Lebel a notamment rencontré les représentants de l'Allemagne, de la Chine, du Chili, de l'Inde, de la Norvège, du Japon, de la France, de la Tunisie, du Maroc, de la Turquie et de la Corée du Sud. Le ministre a toutefois précisé que ces rencontres portaient sur de nombreux dossiers, et non seulement sur la question du siège de l'OACI.

Jusqu'ici, les États-Unis, la France et la Belgique, notamment, ont fait savoir qu'ils s'opposeraient à un éventuel déménagement.

Le Qatar fait partie des choix

Le Qatar a approché l'OACI pour lui offrir de déménager sur son territoire, promettant entre autres un édifice ultramoderne et des exemptions complètes de taxes et d'impôt. Le pays du Moyen-Orient a aussi souligné les désavantages de Montréal, dont le climat hivernal rigoureux.

Du 24 septembre au 4 octobre prochain, les 191 pays membres de l'OACI voteront pour l'emplacement de leur choix. Un minimum de 60 % des votes est requis pour procéder au déménagement de l'organisation.

L'OACI, qui emploie environ 500 personnes, est établie à Montréal depuis sa création en 1947. Ses activités génèrent des retombées économiques évaluées à 120 millions de dollars annuellement.

PLUS:rc