POLITIQUE

Utilisation de prête-noms : le maire propose de remonter dans le temps

22/05/2013 06:53 EDT | Actualisé 22/07/2013 05:12 EDT
PC

Le maire de Québec accuse l'opposition d'associer indûment son parti à l'enquête du Vérificateur général sur les prête-noms. Selon le maire, si l'enquête doit être élargi, comme le propose Démocratie Québec, il faudrait remonter aussi loin qu'en 2002 au moment où le maire Jean-Paul L'Allier était au pouvoir.

Le maire Régis Labeaume répliquait mardi soir au conseiller de Démocratie Québec, Yvon Bussières, qui souhaiterait que le Vérificateur élargisse son enquête sur les prête-noms en scrutant à la loupe les contributions réalisées par d'autres firmes.

Après vérifications toutefois, le vice-président du comité exécutif Richard Côté a souligné que des employés de la même firme ont également contribué au Renouveau municipal de Québec (RMQ) du maire L'Allier en 2003.

« On a fait une petite recherche pour voir ce qui se faisait en 2003 et 2005, on voit que ces mêmes prête-noms sont là et à des montants assez élevés. Donc, je suis d'accord avec M. Bussières pour élargir le mandat du vérificateur général pour faire en sorte de faire la lumière depuis 2002 », a lancé Richard Côté.

Régis Labeaume croit aussi que si toute la lumière doit être faite, c'est en enquêtant également sur les années du RMQ. « On a hâte que le Vérificateur sorte son rapport parce qu'on ne fait pas ça, on est honnête. Ceci étant dit, si le conseiller insiste, ça va nous faire plaisir de reculer dans le temps », a affirmé le maire.

Selon des documents présentés par Richard Côté, au moins deux des trois employés qui ont servi de prête-noms en 2009 pour contribué à la caisse électorale d'Équipe Labeaume ont également contribué à financer le RMQ en 2003.

INOLTRE SU HUFFPOST

Régis Labeaume en 10 faits saillants