NOUVELLES

L'austérité rime avec pauvreté en Italie

22/05/2013 07:04 EDT | Actualisé 22/07/2013 05:12 EDT

Des millions d'Italiens ne peuvent plus se permettre de se chauffer correctement ou de manger régulièrement de la viande, avance l'institut national des statistiques, l'Istat, dans son rapport annuel.

Le document, publié mercredi, constate une aggravation générale des conditions de vie en Italie depuis le début de la récession, il y a deux ans, alors que le chômage continue à être élevé, à près de 40 % chez les 29 ans et moins.

Entre 2010 et 2012, le nombre d'Italiens vivant dans une situation de pauvreté grave a doublé, pour toucher 14 % de la population. De plus, une personne interrogée sur cinq n'a pas été en mesure de chauffer suffisamment son domicile l'an dernier, soit deux fois plus qu'en 2010.

En 2012, 16,6 % des Italiens n'ont pas pu manger un repas riche en protéines, comme de la viande, tous les deux jours, soit une proportion plus grande qu'en 2011, 12,4 %, et 2010, 6,7 %.

D'après l'Istat, les hausses d'impôts marquées destinées à rétablir les finances publiques ont pesé sur le pouvoir d'achat des Italiens, qui a enregistré un recul « exceptionnellement abrupt », à 4,8 % en 2012.

Le gouvernement de coalition d'Enrico Letta, en poste depuis la fin du mois dernier, s'est d'ailleurs engagé à relancer la croissance économique en Italie et à contrer la progression du chômage.

« Il est clair que si nous n'agissons pas maintenant pour créer des emplois pour la jeunesse, il n'y aura pas assez de travailleurs dans 10 ans pour financer les retraites de leurs propres parents », souligne l'élue Anne Ascani, 25 ans, du Parti démocrate, membre de la coalition au pouvoir. L'Italie compte la troisième population la plus âgée de la planète, derrière le Japon et l'Allemagne.

L'Istat s'attend à ce que le produit intérieur brut du pays se contracte de 1,4 % cette année.

PLUS:rc