NOUVELLES

La Réserve fédérale a songé à ralentir ses mesures de relance de l'économie

22/05/2013 01:42 EDT | Actualisé 22/07/2013 05:12 EDT

WASHINGTON - Plusieurs responsables de la Réserve fédérale américaine ont dit être en faveur, plus tôt ce mois-ci, d'un ralentissement des efforts faits par la Fed pour maintenir les taux d'intérêt à leur faible niveau record, et ce, dès juin, si l'économie peut connaître une croissance solide et soutenue.

Ces responsables semblaient cependant être en désaccord en ce qui à trait à la nature des preuves d'une telle croissance.

Le procès-verbal de la rencontre de la Fed ayant eu lieu les 30 avril et 1er mai, rendu public mercredi, permet d'apprendre qu'un certain nombre de membres de l'organisme se disaient prêts à réduire les achats de 85 milliards $ de bons du Trésor et d'obligations hypothécaires faits chaque mois par la Fed, possiblement dès le mois prochain, en cas de croissance de l'économie.

La prochaine réunion de la Fed doit avoir lieu les 18 et 19 juin.

Néanmoins, le président de la Fed et sa voix la plus importante, Ben Bernanke, a affirmé au Congrès, mercredi, que le marché de l'emploi aux États-Unis demeurait fragile et qu'il était trop tôt pour freiner les programmes de relance de la Fed.

Réduire les efforts de la Fed pour maintenir les taux d'intérêt à leur niveau actuel comporterait un risque substantiel de ralentir ou mettre fin à la reprise économique, a affirmé M. Bernanke lors de son intervention devant un comité conjoint sur l'économie, incluant des membres de la Chambre des représentants et du Sénat.

La Fed achète pour 85 milliards $ par mois de bons du Trésor et d'obligations hypothécaires depuis septembre. Cela a contribué à réduire les taux d'intérêt ainsi qu'à encourager les emprunts et les dépenses.

Les législateurs ont pressé M. Bernanke de s'avancer quant au moment où la Fed pourrait commencer à réduire ces rachats. La patron de la Réserve fédérale a affirmé que le rythme pourrait être ralenti au cours des prochaines échéances, mais seulement si le marché de l'emploi montrait des «progrès réels et soutenus».

M. Bernanke a soutenu que la Fed pourrait tout aussi bien accélérer le rythme des mesures de relance si l'économie connaissait plus de ratés.

Dans le cadre de son intervention, M. Bernanke s'est surtout attardé aux multiples risques qui pèsent sur l'économie, de même qu'aux bénéfices jusqu'à ce jour des mesures prises par la banque centrale.

PLUS:pc