NOUVELLES

Iran : Ahmadinejad conteste l'exclusion de son candidat à sa succession

22/05/2013 10:46 EDT | Actualisé 22/07/2013 05:12 EDT

Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a l'intention de contester « jusqu'à la dernière minute » la disqualification de son allié Esfandiar Rahim Mashaie de l'élection présidentielle du 14 juin, prononcée par le Conseil des gardiens de la Constitution.

Mahmoud Ahmadinejad veut plaider la cause de Mashaie auprès de l'ayatollah Khamenei. « À mon avis, il n'y aura aucun problème avec le Guide », a déclaré le président à l'agence de presse universitaire iranienne Isna mercredi. « J'ai confiance que ce problème peut être réglé », a-t-il dit.

De son côté, l'ex-président iranien Akbar Hachemi Rafsandjani, candidat également disqualifié par le Conseil des gardiens, a annoncé qu'il ne comptait pas contester son exclusion. Il écarte ainsi un appel au Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, seul personne ayant le pouvoir d'intervenir pour faire changer la décision du Conseil.

Mashaie et Rafsanjani ont tous deux été écartés mardi du scrutin du 14 juin. Une centaine de parlementaires fidèles à l'ayatollah Khamenei avaient adressé la semaine dernière une pétition au Conseil des gardiens de la révolution, formé de membres du clergé chiite et de juristes, pour demander la mise à l'écart des deux candidats.

Selon les autorités religieuses, Mashaie représente donc un « courant déviant » car il souhaite marginaliser l'autorité islamique à la tête du pays, selon elles.

Par ailleurs, les relations sont très tendues entre le président Ahmadinejad et l'ayatollah Khamenei, qui décide ultimement des affaires de l'État. Selon les experts, l'ayatollah souhaiterait que le nouveau président élu le 14 juin soit plus docile que lui et il est fort peu probable qu'il intercède pour réintégrer Mashaie à la liste électorale.

Quant à Rafsanjani, il s'agit d'un centriste qui a revitalisé les aspirations réformistes de plusieurs Iraniens. Lors des manifestations qui avaient suivi la réélection de Mahmoud Ahmadinejad, en 2009, Rafsanjani s'était attiré les foudres des conservateurs en critiquant le traitement réservé aux manifestants.

Avec l'exclusion de Mashaie et de Rafsanjani de la liste des candidats, il ne reste pratiquement plus en lice que des candidats conservateurs fidèles au Guide de la révolution pour l'élection présidentielle.

PLUS:rc