NOUVELLES

Moins d'austérité pour davantage de croissance, prône Jacob Lew (Trésor américain)

21/05/2013 10:52 EDT | Actualisé 21/07/2013 05:12 EDT

Le secrétaire américain au Trésor Jacob Lew a estimé mardi que les politiques d'assainissement budgétaire dans les pays riches devraient être "recalibrées" pour promouvoir la croissance économique et l'emploi.

"La demande mondiale a ralenti et l'économie de la zone euro est bien partie pour continuer à se contracter pour la deuxième année consécutive", a indiqué M. Lew devant la Commission bancaire du Sénat.

"Dans les économies avancées, il y a nécessité de recalibrer le rythme de l'assainissement budgétaire afin de promouvoir la croissance économique et l'emploi", a-t-il ajouté, alors que l'austérité fait débat en Europe.

"La viabilité des finances publiques demeure une préoccupation mais elle est plus facile à atteindre dans le cadre d'une économie en croissance", a poursuivi le secrétaire au Trésor ajoutant que "l'absence d'un rééquilibrage de la demande demeurait un risque pour l'économie des Etats-Unis".

Il s'est une fois de plus élevé contre "les batailles politiciennes" à Washington autour de la politique budgétaire "qui ont entamé la confiance". M. Lew a dénoncé "les coupes budgétaires dures et aveugles (...) qui créent un frein à la croissance et à la création d'emplois, qu'on s'inflige nous-mêmes".

Le plafond de la dette et la réduction du déficit ne devraient pas être utilisés par le Congrès comme "des tactiques de négociations", a-t-il redit notant que les coupes budgétaires automatiques enclenchées par le Congrès en mars vont coûter un demi-point de croissance en 2013 et l'équivalent de 750.000 emplois à plein temps.

"Réduire le déficit ne peut être le seul but de la politique budgétaire. La création d'emplois et la croissance doivent être la priorité", a martelé le secrétaire au Trésor.

Démocrates et républicains s'opposent sur la façon de réduire les déficits, l'administration Obama souhaitant davantage imposer les revenus des plus riches tandis que les élus républicains, majoritaires à la Chambre des représentants, insistent sur les coupes budgétaires, en particulier dans les programmes sociaux.

vmt/jt/lor

PLUS:afp