NOUVELLES

Les secouristes à la recherche de survivants de la tornade d'Oklahoma City

21/05/2013 08:59 EDT | Actualisé 21/07/2013 05:12 EDT

Les secouristes s'activaient mardi à rechercher des survivants dans les décombres du passage dévastateur d'une tornade dans la banlieue d'Oklahoma City (sud) qui a fait au moins 91 morts, dont 20 enfants, selon un bilan encore provisoire.

Le président Barack Obama devait s'adresser au peuple américain mardi matin à 10H00 (14H00 GMT) au sujet de la puissante tornade qui a dévasté lundi la petite ville de Moore, avec des vents allant jusqu'à 320 km/h. Selon la chaîne locale KFOR, 101 personnes ont été retrouvées vivantes au cours de cette nuit tandis qu'il resterait, selon les autorités locales, 4 personnes encore portées disparues.

Large de 3 kilomètres par endroits, la tempête a détruit deux écoles élémentaires, détruit des centaines de maisons, provoqué des pannes de courant et des incendies.

Au moins 20 enfants, dont la plupart de moins de 12 ans, ont été retrouvés morts, a dit à l'AFP Amy Elliott, une responsable médicale de l'Etat de l'Oklahoma.

Barack Obama a déclaré tard lundi l'état de grande catastrophe naturelle, libérant ainsi des fonds pour aider les zones affectées et les victimes. De l'aide a également été offerte par les Etats voisins.

Selon CNN, au moins 145 personnes ont été hospitalisées.

Les problèmes d'énergie aggravent la confusion pour les secouristes, en pleine recherche de rescapés: environ 35.000 habitants de Moore étaient sans gaz et électricité mardi matin, a indiqué la compagnie locale OG&E.

La gouverneure de l'Etat d'Oklahoma, Mary Fallin, n'a pas pour l'instant confirmé le bilan de 91 morts, évoquant 51 morts, mais les autorités ont prévenu qu'elles s'attendaient à en annoncer 40 de plus.

La météo nationale a évalué la tornade à une force EF-4 sur l'échelle de grandeur pour les tornades, soit une vitesse de vents comprise entre 260 et 320 km/h. Celle-ci se dirige désormais vers l'est et le nord-est.

Le service national de la météo estimait mardi matin que des tornades et de "violents orages" allaient se développer dans le sud-ouest de l'Arkansas, le nord-ouest de la Louisiane, montant progressivement vers l'Illinois et le Wisconsin, au nord du pays.

Selon la chaîne News.9, des abris d'urgence ont été installés dans la ville d'Oklahoma City, notamment dans des églises et les appels aux dons se multipliaient sur les réseaux sociaux.

Joe Jolly, un habitant de Moore, a indiqué à la radio publique NPR que son voisinage ressemblait à "une zone de guerre". "Je n'ai pratiquement plus de maison", a-t-il dit, "je suis encore sous le choc. C'était intense, je ne sais pas quoi dire, c'était terrible".

Steve Wilkerson a également perdu sa maison, mais se dit heureux que sa famille aie survécu.

"Je vais tout reconstruire. Il faut continuer. Je veux juste souffler et pleurer, mais on doit être fort et continuer", dit-il sur CNN.

Les tornades touchent souvent les plaines de l'Oklahoma mais rarement les zones habitées comme lundi.

L'état d'urgence avait été déclaré dimanche pour 16 comtés de l'Etat.

Jeudi dernier, 10 tornades s'étaient abattues sur le Texas faisant au moins six morts et blessant des dizaines de personnes.

Moore avait été partiellement détruite en mai 1999 par une puissante tornade qui avait fait 41 morts.

Alors que les secouristes continuaient de fouiller les décombres sur place, notamment grâce à des chiens spécialisés, des messages de solidarité aux Américains sont parvenus de l'étranger.

Le pape François a exprimé mardi dans un tweet sa solidarité et adressé ses prières aux familles des dizaines de victimes de la tornade.

"Je suis proche des familles de ceux qui sont morts dans la tornade de l'Oklahoma, particulièrement ceux qui ont perdu de jeunes enfants. Rejoignez-moi dans la prière", écrit le pape dans un message diffusé en anglais et en espagnol.

Le président français François Hollande a lui aussi exprimé mardi, "au nom de la France", toute sa "solidarité" aux Etats-Unis, tandis que la reine d'Angleterre Elizabeth II a exprimé sa solidarité et sa "tristesse".

bur-jk-lor/lb

PLUS:afp