NOUVELLES

Le gouvernement irakien muet sur sa nouvelle stratégie sécuritaire

21/05/2013 01:32 EDT | Actualisé 21/07/2013 05:12 EDT

Le conseil des ministres irakien s'est conclu mardi sans que les changements que le gouvernement compte apporter à sa politique sécuritaire ne soient abordés, malgré une annonce en ce sens lundi du Premier ministre Nouri al-Maliki.

Dans la journée, de nouvelles violences ont fait 13 morts à travers le pays, au lendemain d'une vague d'attentats, dirigés en majorité contre les chiites, au cours de laquelle 64 personnes avaient péri.

L'Irak est confronté depuis plusieurs mois à une flambée de violences. Depuis le 1er mai, plus de 370 personnes ont péri dans des attaques dont l'intensité et la fréquence font craindre une résurgence du conflit religieux de 2006-2007.

Face à cette situation, M. Maliki avait annoncé lundi un changement imminent de sa politique sécuritaire, ainsi qu'un remaniement de l'équipe chargée de l'appliquer. Les détails de ces mesures devaient être débattus et entérinés lors du conseil des ministres hebdomadaire mardi, avait-il ajouté.

Or, selon un communiqué du gouvernement et des images retransmises en différé par la télévision publique, les ministres et M. Maliki ont abordé des questions relatives aux retraites, à l'éducation, à l'emploi des personnes handicapées, mais ne se sont pas penchés sur la sécurité.

Mardi, 13 personnes ont péri dans de nouveaux attentats, selon des sources médicales et sécuritaires.

Près de Baqouba, au nord de Bagdad, un couple sunnite a été abattu chez lui par des hommes armés, tandis que deux bombes ont fait trois morts sur un marché dans la même région.

A Tarmiya, à 45 km au nord de Bagdad, un kamikaze s'est fait exploser au cours de heurts entre des soldats et des hommes armés. Trois soldats sont morts et sept autres ont été blessés.

A Touz Khourmatou, une ville située à 175 km au nord de Bagdad, trois personnes ont péri et 44 autres ont été blessées dans l'explosion de deux voitures piégées dans un quartier à majorité turcomane.

Plus au nord, à Kirkouk, deux bombes ont tué deux vendeurs de moutons sur un marché dans l'est de la ville. Au moins 25 personnes ont été blessées.

Tant Touz Khourmatou que Kirkouk font partie d'une bande de territoire que revendiquent la région autonome du Kurdistan irakien et le gouvernement fédéral de Bagdad.

burs-gde/cco

PLUS:afp