NOUVELLES

Identification des suspects de l'attaque de Benghazi, mais pas d'arrestations

21/05/2013 05:00 EDT | Actualisé 21/07/2013 05:12 EDT

WASHINGTON - Les États-Unis ont identifié cinq hommes qui pourraient être responsables de l'attaque contre la mission diplomatique de Benghazi, en Libye, et les autorités ont assez de preuves pour justifier leur arrestation par force militaire, mais pas assez de preuves pour les juger dans un tribunal civil américain comme le préférerait l'administration Obama.

Les hommes sont donc toujours en liberté pendant que le FBI recueille davantage de preuves, ont indiqué à l'Associated Press des responsables.

Mais l'enquête a été ralentie par la présence réduite des services de renseignements dans la région depuis l'attaque du 11 septembre 2012, et par la capacité limitée d'assister les services de maintien de l'ordre et du renseignement libyens, qui en sont à leurs premiers pas après le renversement du dictateur Mouammar Kadhafi.

Le décision de ne pas arrêter les suspects par des moyens militaires souligne l'objectif de la Maison-Blanche d'arrêter de chasser des terroristes en tant que combattants ennemis pour les détenir à la prison militaire de Guantanamo Bay, à Cuba.

La préférence actuelle est de faire arrêter et juger les terroristes dans les pays où ils vivent, ou que les terroristes soient jugés aux États-Unis en collaboration avec leur pays d'origine.

L'utilisation de la force militaire pourrait aussi nuire aux nouvelles relations des États-Unis avec la Libye et d'autres gouvernements qui ont pris le pouvoir après les révoltes du Printemps arabe.

Un responsable américain a révélé que le FBI, la police fédérale américaine, avait identifié un nombre d'individus soupçonnés d'avoir été impliqués dans l'attentat ou de détenir de l'information.

L'attaque sur la mission diplomatique à Benghazi a tué l'ambassadeur Chris Stevens et trois autres Américains quelques semaines avant la réélection du président Barack Obama.

Depuis, les républicains au congrès critiquent la façon dont l'administration a géré la situation.

Le FBI a diffusé les photos des cinq suspects le mois dernier, demandant au public de lui fournir de l'information supplémentaire.

Le FBI et d'autres agences du renseignement américain croient que les suspects seraient membres du mouvement Ansar al-Shariah, un groupe militant libyen.

PLUS:pc