NOUVELLES

Annulation de la condamnation de Montt: des avocats canadiens préoccupés

21/05/2013 01:07 EDT | Actualisé 21/07/2013 05:12 EDT

Des avocats canadiens ayant soutenu des parties civiles au procès pour génocide de l'ancien dictateur guatémaltèque Efrain Rios Montt ont exprimé mardi leur préoccupation après l'annulation historique de la condamnation de M. Rios.

Le 10 mai, M. Rios Montt, 86 ans, a été reconnu coupable de génocide et crimes contre l'humanité pour le massacre de communautés mayas sous son régime (1982-1983) et condamné à 80 ans de prison.

Mais lundi, la Cour constitutionnelle du Guatemala a annulé le jugement à la suite d'un recours des avocats de M. Rios Montt pour vice de procédure.

"La décision de la majorité (des juges) de la Cour constitutionnelle, qui se concentre sur des éléments procéduraux techniques sans constater de réelle violation des droits fondamentaux de la défense, apparaît difficilement conciliable avec les intérêts de la justice", a estimé le directeur de l'ONG Avocats sans frontières Canada (ASFC), Pascal Paradis, dans un communiqué.

"Il s'agit d'un jugement avec de fortes dissidences, deux des cinq juges étant d'avis qu'aucun motif ne justifiait la décision, qui aurait plutôt comme effet d'avaliser les tactiques dilatoires de la défense", a-t-il ajouté.

Le tribunal qui a condamné M. Rios Montt avait refusé d'examiner une requête en récusation présentée par l'avocat de la défense, Francisco Garcia.

La décision annule toutes les étapes après l'interruption temporaire du procès le 19 avril pour vice de procédure, ainsi que la condamnation prononcée le 10 mai, sans pour autant mettre en cause la justification du procès et les témoignages.

La Cour constitutionnelle renvoie également l'accusé devant le tribunal qui l'a jugé, à une date non définie. Il est poursuivi pour sa responsabilité dans des massacres ayant causé la mort de 1.771 personnes.

"Les victimes attendent que justice soit faite depuis 30 ans", selon ASFC.

Des dizaines d'avocats et de juristes canadiens affiliés à ASFC ont soutenu les associations guatémaltèques de défense des droits de l'homme, parties civiles au procès, dans la préparation de la preuve, des arguments juridiques et de la procédure.

jl/via/are

PLUS:afp