NOUVELLES

Semaine importante pour le chef de la Fraternité des policiers de Québec

20/05/2013 02:53 EDT | Actualisé 19/07/2013 05:12 EDT

La semaine qui s'amorce pourrait être déterminante pour Bernard Lerhe, président de la Fraternité des policiers et policières de la Ville de Québec (FPPVQ). Ce dernier fera l'objet d'un vote de confiance de la part des membres du syndicat lors d'une assemblée générale extraordinaire, qui doit se tenir mercredi et jeudi.

Le vote survient quelques jours après que la Cour supérieure ait condamné la FPPVQ à verser 181 000 $ en dommages et intérêts à Romuald Castilloux, un policier de Québec à la retraite.

M. Castilloux a été expulsé de son syndicat pendant 10 ans pour avoir remis en question des pratiques qu'ils jugeaient douteuses au sein de la FPPVQ. L'homme de 56 ans plaide que sa vie a basculé quand il a commencé à dénoncer ce qu'il estime être de la fraude chez le syndicat. Il allègue que des membres ont falsifié des documents pour effectuer des dépenses exagérées.

M. Castilloux espère que le jugement de la Cour supérieure va inciter les membres du FPPVQ à s'interroger sur les pratiques au sein du syndicat, aujourd'hui dirigé par Bernard Lerhe. Ce dernier faisait partie à l'époque de l'exécutif du FPPVQ lorsque le syndicat a permis à l'assemblée générale d'expulser Romuald Castilloux.

Le policier à la retraite veut que les membres de son ancien syndicat prennent le temps de se renseigner convenablement avant de passer au vote. « Les membres devraient tous lire le jugement [...] Il faut qu'ils lisent le jugement de 68 pages dans son entité avant d'apposer une signature ou avant d'apposer un vote. S'ils sont des êtres responsables et intelligents, c'est ce qu'ils vont faire », fait valoir M. Castilloux.

En plus de se prononcer sur le vote de confiance à l'endroit de leur chef, les membres du syndicat devront aussi décider s'ils portent la cause en appel.

PLUS:rc