NOUVELLES

Poussée mondiale de l'islamophobie et de l'antisémitisme, s'alarme Washington

20/05/2013 02:01 EDT | Actualisé 20/07/2013 05:12 EDT

Les Etats-Unis se sont alarmés lundi d'une poussée de l'islamophobie en Europe et en Asie et d'une montée continue de l'antisémitisme dans le monde, dans leur panorama annuel mondial sur les libertés religieuses.

Dans ce rapport exhaustif du département d'Etat pour 2012, le secrétaire d'Etat John Kerry a également fustigé la répression contre des branches minoritaires de l'islam dans des pays musulmans, ainsi que celle visant des groupes religieux en Asie, surtout en Chine.

"La liberté religieuse n'est pas une invention américaine. C'est une valeur universelle garantie par notre Constitution et enracinée dans tous les coeurs", a lancé M. Kerry devant la presse. "La liberté de professer et de pratiquer sa foi, de croire ou de ne pas croire ou de changer de religion, c'est un droit naturel pour tous les êtres humains et c'est ce en quoi nous croyons", a-t-il martelé.

Le ministre a "exhorté tous les pays à agir pour protéger cette liberté fondamentale".

Les experts du département d'Etat ont fait un tour du monde des pratiques religieuse et des embûches pour les fidèles, avec un accent particulier en 2012 sur l'islam.

"La rhétorique et les actes antimusulmans ont clairement augmenté, particulièrement en Europe et en Asie. Les restrictions gouvernementales, qui correspondent souvent à une animosité de la société, ont eu pour conséquences des actes antimusulmans affectant la vie quotidienne de bon nombre de croyants", déplorent les rapporteurs.

"dénégations ou glorifications de l'Holocauste"

-----------------------------------------------

Les Etats-Unis épinglent "les gouvernements qui restreignent le port de vêtements religieux, notamment le voile pour les femmes dans les écoles, la fonction publique et les espaces publics", critiquant comme l'an passé la Belgique pour sa législation contre la burqa. Le rapport s'en prend aussi à l'Inde pour l'interdiction du port du voile pour des écolières d'Etats où les hindous sont majoritaires.

Et la diplomatie américaine n'oublie pas les pays musulmans à "majorité sunnite ou chiite" accusés de "réprimer" des groupes minoritaires de l'islam, citant l'Arabie saoudite, le Pakistan, l'Indonésie, Bahreïn ou l'Iran.

Ce dossier à charge pour 2012 accorde encore une large place à la Chine, accusée d'avoir "harcelé, interpellé, condamné à la prison un certain nombre de fidèles", comme des Tibétains bouddhistes, des Ouïghours musulmans ou des chrétiens.

Washington brocarde tout autant la Corée du Nord, mais aussi des pays diplomatiquement plus proches comme le Vietnam et la Birmanie, notamment pour ne pas protéger des minorités non-bouddhiques, comme les musulmans rohingyas.

D'ailleurs, au moment historique où le président Barack Obama recevait son homologue birman Thein Sein, l'ambassadrice pour les Libertés religieuses, Suzan Johnson Cook, déclarait à la presse qu'"en Birmanie, nous n'avons vu aucune amélioration en matière de liberté religieuse".

L'antisémitisme inquiète aussi toujours les Etats-Unis.

Le fléau "continue de progresser dans le monde", qu'il s'agisse "de dénégations ou glorifications de l'Holocauste" ou de "l'opposition à la politique israélienne pour justifier un antisémitisme évident".

Washington montre du doigt des responsables gouvernementaux ou religieux au Venezuela, en Egypte et en Iran pour leurs propos antisémites, citant nommément le président égyptien Mohamed Morsi et son homologue iranien Mahmoud Ahmadinejad.

Traquant des manifestations de l'hostilité aux juifs partout sur la planète, le département d'Etat cible des profanations en Ukraine et en Russie et dénonce le parti d'extrême droite Jobbik en Hongrie ou encore Mohamed Merah, l'islamiste français qui avait assassiné en mars 2012 dans le sud de la France trois enfants et un enseignant juifs ainsi que trois parachutistes.

nr-sct/rap

PLUS:afp