NOUVELLES

Syrie: le régime donne l'assaut dans la ville stratégique de Qousseir

19/05/2013 10:10 EDT | Actualisé 19/07/2013 05:12 EDT

AMMAN, Jordanie - L'armée syrienne a lancé l'assaut dimanche contre la ville stratégique de Qousseir, près de la frontière libanaise, bombardant la zone à coups de raids aériens et tirant des salves d'artillerie qui ont fait au moins 30 morts, selon des militants.

L'offensive a forcé les résidents de Qousseir à trouver refuge dans les sous-sols et les bunkers de fortune, ont-ils ajouté.

La ville était assiégée depuis plusieurs semaines déjà par les troupes gouvernementales et des milices fidèles à Bachar el-Assad, qui ont reçu l'appui du Hezbollah libanais. Cette stratégie a été appliquée en de nombreux endroits par les hommes du régime au cours des dernières semaines, dans une tentative de reprendre le contrôle de villes et de villages situés le long de la frontière libanaise.

La zone revêt une importance stratégique pour les deux parties, puisqu'elle relie la ville de Damas à la région côtière qui abrite le berceau des Alaouites, dont est issu le président Bachar el-Assad. Les rebelles y font de leur côté le trafic d'armes et de fournitures, en provenance du Liban.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, basé à Londres, 30 personnes ont péri dans l'assaut de dimanche matin, dont 16 rebelles et une femme. Ce bilan provisoire devrait toutefois être revu à la hausse dans les prochaines heures, alors que les troupes gouvernementales poursuivent leur avancée dans la ville, a indiqué l'organisme.

Un représentant des forces de l'ordre a indiqué, depuis la ville de Homs, que les soldats du régime avaient encerclé la ville et que «l'offensive pour libérer Qousseir» avait été lancée. Il a ajouté que l'armée avait fait des avancées sur trois fronts autour de la ville, et en avait prévu un autre, protégé, pour que les civils et les terroristes souhaitant se rendre puissent quitter l'enceinte de Qoussair en sécurité.

Le représentant, qui a requis l'anonymat, a déclaré que les troupes du régime avaient fait des percées dans la ville, reprenant la mairie et d'autres bâtisses gouvernementales.

Un militant rejoint à Qousseir, Hadi Abdullah, a toutefois démenti que l'armée ait pu réaliser des avancées sur le terrain. Selon lui, la municipalité a été complètement anéantie dans les combats il y a six mois, et il ne reste aucun bâtiment officiel encore debout qui puisse être repris.

Il a précisé que les bombardements avaient débuté tard samedi et se poursuivaient dans la journée de dimanche, affirmant que c'était l'assaut le plus intense depuis le début de la révolution.

Aucun bilan indépendant n'a pu être établi dans l'immédiat.

Cet assaut survient par ailleurs au moment où Washington et Moscou se sont engagés à convaincre le régime el-Assad et les rebelles à négocier une issue à la guerre civile, qui fait rage en Syrie depuis plus de deux ans. Toutes les tentatives précédentes à cet égard se sont soldées, jusqu'à présent, par un échec.

PLUS:pc