NOUVELLES

«Inside Llewyn Davis», des frères Coen, séduit le public au Festival de Cannes

19/05/2013 06:50 EDT | Actualisé 19/07/2013 05:12 EDT

CANNES, France - La résurrection de la scène folk pré-Bob Dylan à Greenwich Village présentée par les frères Coen a charmé Cannes avec sa musique d'époque et l'histoire mélancolique d'un musicien aux tendances autodestructrices.

«Inside Llewyn Davis» a été chaleureusement accueilli au Festival de films de Cannes, où il a été projeté en première dimanche soir. Joel et Ethan Coen ont mentionné qu'ils voulaient tout d'abord recréer l'atmosphère du retour du folk à la fin des années 1950 et au début des années 1960 dans les petits cafés du centre-ville de New York.

«Le film n'a pas vraiment de scénario, a déclaré Joel Coen à des journalistes. Cela nous a inquiétés à un certain moment. Voilà pourquoi nous avons intégré le chat.»

Le film met en vedette Oscar Isaac, un comédien relativement peu connu, dans le rôle d'un chanteur talentueux mais quelque peu déconnecté qui tente d'attirer l'attention après le suicide de sa partenaire de chant, alors qu'il vogue de divan en divan. Un chat le suit, un genre de symbole pour la décence ténue de Llewyn; il finira par en prendre soin après que l'animal se soit sauvé du logement d'un ami.

Le jeu d'Isaac, dans le rôle d'un Llewyn acerbe et frustré, a immédiatement suscité des applaudissements à Cannes, et des rumeurs de nomination aux Oscar. CBS Films mettra «Inside Llewyn Davis» à l'affiche cet automne, au coeur de la saison des honneurs cinématographiques.

Isaac et les autres acteurs (Carey Mulligan dans le rôle d'une amie au langage châtié; Justin Timberlake comme chanteur folk aux accents populaires) ont interprété leurs chansons en direct lors du tournage, sous la direction de T-Bone Burnett, qui a entre autres collaboré avec les frères Coen à la bande sonore du film «O Brother, Where Art Thou?», récompensée d'un Grammy.

Se déroulant en 1961, dans la foulée de l'arrivée de Bob Dylan, «Inside Llewyn Davis» est librement inspiré du mémoire incomplet du chanteur folk Dave Van Ronk, «The Mayor of MacDougal Street».

«Inside Llewyn Davis» est, en fin de compte, l'histoire de talentueux qui ne réussissent pas à percer, et de la mince ligne séparant l'échec et la célébrité.

PLUS:pc