NOUVELLES

Guantanamo, drones: discours d'Obama jeudi sur sa stratégie antiterroriste

19/05/2013 11:22 EDT | Actualisé 19/07/2013 05:12 EDT

Barack Obama va prononcer jeudi un discours sur la stratégie antiterroriste des Etats-Unis, en évoquant notamment les dossiers controversés des drones et de la prison militaire de Guantanamo, a indiqué dimanche un haut responsable de la Maison Blanche à l'AFP.

Lors de cette intervention à l'université de Défense nationale à Washington, le président américain va parler de la "politique antiterroriste (des Etats-Unis) au sens large", comprenant les "efforts militaires, diplomatiques, de renseignement et juridiques", a expliqué ce responsable sous couvert de l'anonymat.

"Il analysera l'état des dangers auxquels nous faisons face, en particulier au moment où le coeur d'Al-Qaïda s'est affaibli mais où de nouveaux dangers ont émergé", a ajouté ce responsable, un mois après l'attentat de Boston attribué à des jeunes d'origine tchétchène habitant de longue date sur le sol américain.

"(Le président) discutera aussi de la politique et du socle juridique qui servent de base à nos actions contre les menaces terroristes, dont l'usage des drones", selon la même source.

Utilisés dans une "guerre secrète" de grande envergure contre les extrémistes islamistes présumés dans plusieurs pays, les drones sont de plus en plus controversés, notamment au Pakistan où le prochain Premier ministre Nawaz Sharif a qualifié ces aéronefs sans pilote de "défi à notre souveraineté".

Selon un bilan de l'Association britannique du journalisme d'enquête, les attaques de drones organisées par la centrale américaine du renseignement (CIA) au Pakistan ont fait 3.577 morts depuis 2004, dont 884 civils.

Enfin, jeudi, M. Obama analysera la "politique d'incarcération (des Etats-Unis) et les tentatives de fermer le centre de détention à Guantanamo" à Cuba, a révélé ce responsable.

Fin avril, M. Obama avait promis de redoubler d'efforts pour obtenir la fermeture de cette prison militaire où un nombre croissant de détenus sont en grève de la faim, une vieille promesse de campagne qui a jusqu'ici été torpillée par le Congrès.

Cent deux des 166 détenus restant à Guantanamo observaient une grève de la faim, dont certains depuis le 6 février, selon un dernier bilan dévoilé vendredi. Trente d'entre eux étaient alimentés par des sondes naso-gastriques, selon les autorités de la prison.

tq/sam

PLUS:afp