NOUVELLES

Des producteurs alimentaires des Balkans se lancent dans la fabrication halal

19/05/2013 01:09 EDT | Actualisé 18/07/2013 05:12 EDT

Cherchant à contrer la crise économique, des producteurs alimentaires des Balkans se lancent dans la fabrication halal, visant à la fois le marché occidental que celui du monde musulman, une clientèle dont la demande est en croissance constante.

"Le marché halal, c'est plus d'un milliard habitants de la planète. Un marché jeune qui a un important pouvoir d'achat et dont la demande croît de 10% à 20% par an", affirme Amel Kovacevic, un responsable d'un salon des produits halal à Sarajevo.

Organisé du 15 au 17 mai, pour la première fois dans les Balkans, ce salon a accueilli une trentaine d'exposants de la région. Dans les stands: des produits à base de viande, des fromages, des friandises, des pâtes ou encore de la cosmétique halal.

Selon M. Kovacevic, la région des Balkans est bien placée dans le bassin méditerranéen, ce qui lui permet de viser à la fois le marché occidental et les pays du monde musulman avec les produits halal.

"Dans cette crise économique et financière qui met en question l'existence même de nombreuses compagnies, il faut profiter du fait que nous sommes au carrefour de l'Orient et de l'Occident. Nous avons la terre et l'air propres et une main d'oeuvre pas chère. C'est une chance pour le développement économique de cette région", fait-il valoir.

A l'échelle mondiale, le marché des aliments halal a été estimé en 2009 à quelque 635 milliards de dollars (490 milliards d'euros) par "World Halal Forum".

"Il ne faut pas voir le halal comme quelque chose qui va accélérer instantanément la production et faire augmenter le profit d'un jour à l'autre", explique Asim Bajraktarevic, directeur d'une fabrique de transformation de la viande, Brajlovic, près de Sarajevo.

"C'est une façon d'améliorer la qualité des produits et de créer les conditions pour la croissance lorsqu'on parviendra sur d'autres marchés à l'étranger", ajoute-t-il.

La fabrique Brajlovic, dont les capacités sont de 15 tonnes de produits par jour, a obtenu un certificat de producteur halal il y a trois mois. Elle figure parmi les quelque 150 producteurs alimentaires des Balkans qui ont décidé de respecter les mêmes normes de fabrication, pour plus de 2.000 produits.

Le nombre de compagnies qui obtiennent le certificat halal dans cette région et le nombre de leurs produits augmente de 30% à 40% par an. Leur chiffre d'affaires est estimé à 550 millions d'euros, précise Amir Sakic, directeur d'une agence de certification halal à Sarajevo.

Le "halal", mot arabe signifiant "licite", correspond à tout ce qui est autorisé, selon les prescriptions coraniques, aux musulmans pratiquants, notamment le rituel pour abattre l'animal, uniquement un herbivore. Il faut notamment qu'il soit conscient au moment de l'abattage, et que le corps se vide de son sang jusqu'à la mort.

Par ailleurs, l'animal doit être abattu en prononçant "bismillah", c'est-à-dire "au nom de Dieu", par un musulman pratiquant, explique M. Sakic.

L'agence de certification qu'il dirige et qui est devenue une référence régionale de la qualité halal a été créée en 2006, avec le soutien de la communauté islamique locale, dans un pays où les musulmans sont la plus grande communauté, aux côtés des chrétiens.

Les musulmans représentent quelque 40% des 3,8 millions d'habitants de Bosnie, mais leur pouvoir d'achat y est modeste et les producteurs de la région placent leurs espoirs dans l'exportation.

Une grande partie des compagnies qui ont demandé à être certifiées "halal" sont croates, serbes, monténégrines ou encore macédoniennes, pays voisins de la Bosnie, où les chrétiens sont majoritaires.

"Nous exportons nos produits dans une vingtaine de pays. Cette année nous avons obtenu le certificat halal et ça nous a beaucoup aidé à augmenter nos ventes, notamment dans les pays scandinaves", assure Kalin Babusku, un responsable de l'usine macédonienne "Mama's", fabriquant des confitures et d'"ajvar", une purée à base de poivrons et d'aubergines, très populaire dans les Balkans.

"Avant d'avoir le certificat, nous exportions en Suède un camion de produits tous les trois mois. Aujourd'hui, nous y exportons un camion par mois", se félicite M. Babusku.

rus/cn/tj

PLUS:afp