NOUVELLES

Irak: neuf personnes ont été tuées et huit policiers enlevés

18/05/2013 08:08 EDT | Actualisé 18/07/2013 05:12 EDT

BAGDAD - Des hommes armés ont tué un policier anti-terroriste et sa famille à Bagdad, samedi, tandis que des ravisseurs ont enlevé huit policiers à un poste frontalier d'une autoroute reliant l'Irak à la Jordanie et à la Syrie.

Parallèlement à ces événements, des assaillants ont abattu un leader religieux sunnite dans le sud du pays, une région à majorité chiite.

Ces violences surviennent après trois jours consécutifs d'attentats, qui avaient déjà fauché la vie de 130 personnes à travers tout le pays. Un marché, une mosquée et un arrêt d'autobus ont été la cible d'attaques dans des violences entre les communautés chiite et sunnite. La flambée de violence des dernières semaines ravive par ailleurs les craintes que l'Irak ne tombe à nouveau dans un cycle de violences sectaires, comme cela avait été le cas en 2007.

L'attaque la plus sanglante de samedi a été perpétrée par des hommes armés, qui se sont introduits par effraction dans la maison d'un policier anti-terroriste dans le quartier al-Rasheed, dans la périphérie sud de Bagdad. Un capitaine du réseau anti-terroriste y a été tué, de même que son épouse et leurs deux enfants. Les assaillants ont ensuite abattu un autre policier, qui tentait de les intercepter, à leur sortie du district.

Dans la province sunnite d'Anbar, dans l'ouest irakien, des hommes armés ont enlevé huit policiers qui gardaient un poste de contrôle de l'autoroute principale reliant l'Irak à la Jordanie et à la Syrie, ont indiqué deux représentants des forces policières. L'enlèvement s'est produit samedi sur une route déserte à l'ouest de Bagdad, ont-ils poursuivi. Plus tôt dans la journée, les forces de sécurité et des hommes armés s'étaient affrontés dans la région, alors que la police tentait d'arrêter un cheik sunnite soupçonné d'avoir assassiné trois agents des services secrets de l'armée, le mois dernier. Les autorités irakiennes avaient offert une prime pour quiconque permettrait l'arrestation ou donnerait de l'information concernant le cheik et deux autres suspects dans cette affaire.

Par ailleurs, un leader sunnite a lui aussi été assassiné par des hommes armés samedi, alors qu'il quittait sa maison de Basra, dans le sud de l'Irak, selon ce qu'ont rapporté les autorités.

À cela s'ajoute la mort de deux soldats irakiens, tandis que deux autres ont été blessés dans l'explosion d'une bombe en bordure d'une route. Les militaires venaient d'arriver sur les lieux d'une explosion s'étant produite plus tôt dans la ville de Mosul, dans le nord du pays, et devaient inspecter le site.

Un représentant des forces de l'ordre a également rapporté que l'explosion d'une autre bombe en bordure de route avait touché une patrouille policière dans la banlieue nord de Bagdad, tuant un policier et faisant deux blessés.

Des porte-paroles d'établissements hospitaliers ont confirmé le bilan des victimes.

PLUS:pc