NOUVELLES

Un ministre fédéral redouble d'efforts pour garder l'OACI à Montréal

17/05/2013 02:55 EDT | Actualisé 17/07/2013 05:12 EDT

OTTAWA - Le Canada continue ses efforts pour que le siège de l'organisation de l'aviation civile internationale (OACI) reste à Montréal: le ministre Denis Lebel s'en va en Europe et tentera d'y faire valoir les atouts de la métropole.

Le ministre fédéral des Transports sera présent la semaine prochaine au Sommet du forum international des transports qui a lieu à Leipzig, en Allemagne, du 22 au 24 mai.

Il y rencontrera notamment des représentants des États membres de l'OACI.

Récemment, le gouvernement du Qatar a manifesté son intention d'attirer l'organisme onusien dans son territoire, ce qui a déclenché une mobilisation des forces au pays pour empêcher le départ de l'OACI pour un pays au climat plus clément.

Dans un communiqué transmis vendredi, M. Lebel explique que le Canada a démontré son engagement en négociant une nouvelle entente de 20 ans pour l'OACI. Une entente qu'il qualifie de «généreuse».

«Le Canada est déterminé à préserver sa relation actuelle avec l'OACI et tous ses États membres en conservant le siège social à Montréal, là où il doit être», a déclaré le ministre Lebel dans un communiqué.

«Nous veillerons à ce que les États membres comprennent l'importance d'assurer la stabilité de l'OACI», a-t-il ajouté, citant l'un des arguments qu'il fera valoir.

Il a aussi l'intention de plaider que le secteur de l'aviation du Canada est reconnu à titre de chef de file mondial.

«Nous avons l'un des réseaux de transport aérien les plus sécuritaires au monde», ajoute-t-il.

Des rencontres bilatérales sont prévues entre M. Lebel et des représentants de la Chine, du Chili, de l'Inde, de la Norvège, du Japon et de l'Allemagne, est-il écrit dans le communiqué.

Au début du mois de mai, le ministre des Affaires étrangères, John Baird, le ministre québécois des Relations internationales, Jean-François Lisée, et le maire de Montréal, Michael Applebaum, avaient annoncé lors d'une conférence de presse à Montréal que les trois ordres gouvernementaux feraient front commun pour empêcher l'OACI de déménager au Qatar.

M. Lisée avait entre autres rappelé que Montréal comptait parmi les trois villes mondiales de l'aéronautique avec 40 000 salariés et trois imposants donneurs d'ordres, soit Bombardier, Pratt&Whitney et CAE.

Unique organisme onusien établi en sol canadien, l'OACI s'est installée à Montréal en 1947.

Perdre l'organisme constituerait un revers politique et économique pour le Canada.

Pour que la proposition du Qatar l'emporte, elle devra être soutenue par au moins 60 pour cent des 191 États membres de l'OACI. Un vote est prévu en septembre.

PLUS:pc