NOUVELLES

Régis Labeaume défend de nouveau sa gestion de la dette

17/05/2013 07:04 EDT | Actualisé 17/07/2013 05:12 EDT
Radio-Canada

Le maire de Québec a défendu son plan pour la gestion de la dette et les finances de la Ville, jeudi soir, devant les élus.

Même si Régis Labeaume reconnaît que la dette a augmenté ces dernières années, le maire soutient que les investissements réalisés vont permettre à la Ville de profiter de généreuses subventions gouvernementales.

« Dans les cinq dernières années, on a mis la main sur un demi-milliard $ de programme gouvernementaux. On aurait pu ne pas investir, la dette sera plus basse, mais on aurait perdu un demi-milliard $ », soutient le maire.

Régis Labeaume estime que dans les trois prochaines années, les investissements dans les infrastructures et l'amphithéâtre vont permettre d'obtenir à peu près le même montant. Sur une période de 8 ans, la Ville aura donc été cherchée plus d'un milliard $ en subventions.

« Il faut être opportuniste », a lancé Régis Labeaume. Pour avoir accès à cet argent toutefois, la Ville a dû investir sa part des montants. C'est ce qui explique l'augmentation de la dette, mais « on n'aurait pas pu dire, non on ne prend pas cet argent-là », analyse le maire.

Le maire Labeaume a répété sa promesse de respecter ses engagements pour rembourser les emprunts.

Réduire les dépenses

Avec cette augmentation de la dette à 1 milliard 565 millions $, l'opposition ne croit pas que la Ville sera en mesure de diminuer le fardeau comme prévu en 2016. Le maire a déjà fait savoir cette semaine que l'échéance du remboursement de la dette, initialement prévue en 2015, était retardée d'un an.

Le conseiller de Démocratie Québec, Patrick Paque, affirme que depuis l'arrivée du maire en 2007, la dette a augmenté de 900 millions. Le conseiller craint que l'administration Labeaume ne soit forcée de faire des compressions brutales dans les prochaines années pour atteindre ses objectifs.

Patrick Paquet souhaiterait que le maire fasse d'autres choix comme de réduire les dépenses. « Si les revenus ne sont pas au rendez-vous d'ici trois ans, il y a deux façons de faire. Soit de dire : "Je m'excuse chers citoyens je me suis trompé, la dette va continuer de monter" ou faire des coupures drastiques directement dans les services aux citoyens. C'est ça qui est inquiétant », a-t-il dit.

Selon l'opposition à l'hôtel de ville, le plan de remboursement proposé par le maire n'est que de la poudre aux yeux.

INOLTRE SU HUFFPOST

Régis Labeaume en 10 faits saillants
Les 10 meilleurs maires au monde