DIVERTISSEMENT

Montréal complètement cirque : 4 ans de festivités (VIDÉO)

16/05/2013 10:05 EDT | Actualisé 17/07/2013 05:12 EDT

Le festival le plus coloré en ville sera de retour dans la métropole du 3 au 14 juillet prochain. L’organisation de Montréal complètement cirque (MCC) dévoilait mercredi la programmation en salles de son quatrième tour de piste, qui comptera 14 spectacles, dont cinq créations québécoises, et qui fera la part belle à une institution d’ici qui célèbre cette année ses 20 ans.

C’est en effet le Cirque Éloize qui ouvrira l’événement avec Le Music-hall de la Baronne, qui tiendra l’affiche de l’Olympia pendant toute la durée du festival. Éclaté, extravagant et sexy, ce cabaret, écrit et conçu par Rémy Girard et Denis Bouchard, qui en assure aussi la mise en scène, dans une direction artistique de Jeannot Painchaud, fondateur d’Éoize, nous proposera à la fois des numéros de variétés et de prouesses de toutes sortes, de la musique et de l’humour. Plusieurs comédiens, dont Geneviève Beaudet, Renaud Paradis et Catherine Pinard, personnifieront les rôles de la Baronne, du chef d’orchestre, de l’homme à tout faire et du maître de cérémonie. L’ensemble s’adresse aux 15 ans et plus.

Parmi les autres œuvres du Québec, Attrape-moi, de la Flip FabriQue, une troupe de la Vieille Capitale, nous entraînera dans une ambiance de fête de chalet, où chaises pliantes et hula-hoop deviendront outils d’acrobaties. Du 5 au 10 juillet, à la TOHU.

La Société des arts technologiques (SAT) proposera son tout premier spectacle de cirque du 9 au 13 juillet, soit Ironworkers Local 777, de la Fabrique Métamorphosis. Cette scénographie immersive à 360 degrés se veut une expérience audiovisuelle pour le public, qui aura l’impression d’être en constante chute libre virtuelle, au cœur de paysages urbains et de bâtisseurs de gratte-ciel.

Enfin, Le Voyage d’hiver, de la compagnie Nord Nord Est, occupera l’Espace GO du 8 au 10 juillet avec son amalgame de théâtre, de poésie, de cirque, de danse et d’opéra, tandis que Croisé, de l’École nationale de cirque, nous laissera constater le talent chez les artisans de la relève, du 10 au 12 juillet.

Quelques titres d’ailleurs

Des productions d’Angleterre, d’Australie, d’Espagne et de France donneront aussi corps à cette nouvelle mouture de Montréal complètement cirque. Signalons le retour de la bande australienne Circa, qui nous avait impressionnés en 2011 avec Wunderkammer. Cette fois, elle investira le Théâtre du Nouveau Monde avec S, une prestation à la fois physique et émotive, à l’esprit grinçant, du 9 au 13 juillet.

Neuf jongleurs s’amuseront avec 90 pommes au Théâtre Outremont, du 4 au 8 juillet. Smashed, des Anglais Gandini Juggling, est un hommage à la chorégraphe Pina Bausch, dans une atmosphère aux accents très britanniques.

De l’Espagne, on applaudira Pugilatus, d’Escarlata Circus, à l’Espace Libre, du 7 au 9 juillet. Deux « charlatans de l’absurde » s’y affronteront dans un ring imaginaire et déploieront toute leur excentricité poétique pour ravir l’assistance. Dans cette série « clowns », Le 6e jour (clown Arletti) et Qui sommes-je?, toutes deux de France, mettront de l’avant des personnages complètement délurés, à l’allure fantaisiste et aux talents saugrenus. Nos cousins français nous feront aussi découvrir deux autres univers de leur cru : L’homme-cirque, au Chapiteau de la Place publique de la TOHU, et Face Nord, à la Gare Dalhousie.

L’offre extérieure de la quatrième édition de Montréal complètement cirque sera dévoilée à la mi-juin. D’ici là, on peut se procurer des billets pour les performances annoncées et connaître les détails de tous les spectacles en cliquant ici.

Une vitrine

Nadine Marchand, directrice de Montréal complètement cirque, a rappelé mercredi la mission de son organisme, qui fait office de vitrine aux acteurs du monde du cirque pour faire valoir leur travail à l’étranger. On apprenait d’ailleurs, il y a quelques jours, que Timber!, du Cirque Alfonse, une compagnie de Saint-Alphonse-Rodriguez, sera présenté à Londres et à Taipei au cours de l’été, après avoir fait un tabac en France et en Suisse. La création, réjouissante, originale et audacieuse, en avait fait écarquiller plusieurs des yeux pour la première fois à MCC il y a deux ans, et poursuit depuis son petit bonhomme de chemin hors des frontières de la Belle Province.

« Les gens s’imaginent souvent que, quand ils ont vu un spectacle de cirque, ils les ont tous vus, a déploré Nadine Marchand. Nous, notre défi, c’est de prouver qu’on peut en voir huit, et qu’ils seront tous différents. On voyage à travers le monde pour dénicher de nouvelles troupes, des perles rares, et montrer ce qui se fait de mieux en art du cirque contemporain en 2013. Beaucoup de programmateurs de partout sur la planète viennent nous voir, parce que c’est devenu un rendez-vous incontournable en juillet. On était absolument ravis pour Timber!, et on l’est aussi pour les autres troupes qui partent en tournée dans d’autres pays. »