NOUVELLES

Italie: Karima el-Mahroug témoigne publiquement pour une première fois

17/05/2013 04:37 EDT | Actualisé 17/07/2013 05:12 EDT

MILAN - Les fêtes privées de l'ex-premier ministre Silvio Berlusconi ont vu passer des jeunes filles déguisées en soeur et en infirmière, mais aussi une fausse président Obama et un célèbre procureur milanais, que le politicien accuse de persécution, selon ce qu'a raconté, vendredi, la jeune Marocaine Karima el-Mahroug.

Mme el-Mahroug, aussi appelée «Ruby», a témoigné publiquement pour une première fois au procès de trois anciens proches de M. Berlusconi. Ils sont accusés d'avoir servi d'intermédiaires pour un réseau de prostitution profitant à M. Berlusconi.

Ce procès n'est toutefois pas en lien avec celui pour lequel l'ancien Cavaliere est accusé de l'avoir payée pour des relations sexuelles, alors qu'elle était encore mineure. Tous deux ont nié avoir eu des relations sexuelles.

Karima el-Mahroug, maintenant âgée de 20 ans, a déclaré vendredi avoir pris part à une demi-douzaine de fêtes sous le nom de Ruby. Elle y a reçu, à chaque fois, une enveloppe de billets des mains de M. Berlusconi, dont la somme allait jusqu'à 3900 $. Elle a aussi indiqué que l'ancien premier ministre lui avait remis, par l'entremise d'une autre personne, près de 40 000 $ en argent comptant pour ouvrir son propre salon de beauté, après qu'elle lui eut déclaré que c'était ce qu'elle voulait faire.

Les trois assistants de M. Berlusconi — Emilio Fede, Nicole Minetti, Dario Mora — sont accusés d'incitation à la prostitution, notamment auprès de jeunes mineures. Tous nient en bloc une quelconque responsabilité dans l'affaire.

Mme el-Mahroug avait fait quelques déclarations prudentes aux médias depuis l'éclatement de ce scandale, mais n'avait encore jamais témoigné publiquement.

Elle a confirmé, vendredi, ce que d'autres témoins avaient rapporté avoir vu lors des «bunga bunga» de Silvio Berlusconi. Lors de certaines soirées, des jeunes filles se déguisaient en soeurs et dansaient pour l'ancien premier ministre en faisant un strip-tease. Ruby a également raconté que des invitées avaient revêtu un costume de Barack Obama ou encore d'un magistrat de Milan, à la tête de la poursuite dans un scandale sexuel impliquant l'ex-Cavaliere.

PLUS:pc