NOUVELLES

USA: les abus sexuels dans l'armée "dangereux" pour la sécurité nationale (Obama)

16/05/2013 05:45 EDT | Actualisé 16/07/2013 05:12 EDT

Barack Obama a affirmé jeudi que les abus sexuels dans l'armée représentaient une menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis et promis de s'attaquer sans relâche à ce "fléau", après une réunion de hauts responsables militaires et civils à la Maison Blanche.

Après la révélation de plusieurs affaires récentes et un rapport du Pentagone évoquant un phénomène en recrudescence, le président américain a assuré que la plus grande force de l'armée américaine était la "confiance" régnant entre ses membres.

"La question des agressions sexuelles dans nos forces armées sape cette confiance. Donc, ce n'est pas seulement un crime, ce n'est pas seulement honteux et scandaleux, mais c'est aussi quelque chose qui rendra, et a déjà rendu notre armée moins efficace qu'elle peut l'être. En résumé, elle est dangereuse pour notre sécurité nationale", a argumenté le président.

Constatant que ce problème "n'est pas encore réglé, c'est évident", M. Obama a promis de "ne rien laisser au hasard. Je veux que nous étudiions toutes les idées pour régler cette question". Il a souligné que son secrétaire à la Défense Chuck Hagel organiserait des réunions hebdomadaires pour faire le point.

"Il n'y a pas de solution miracle, cela va requérir un effort soutenu pendant longtemps", a concédé le président, tout en promettant de "ne pas cesser tant que ce fléau n'aura pas été éliminé".

Avant le président, le patron de l'armée de Terre, le général Ray Odierno, avait déjà affirmé que les violences sexuelles "trahissent la confiance" placée dans les forces militaires et "ne peuvent être tolérées".

"Il est temps de faire de ce combat notre mission première", a-t-il annoncé.

Tous les responsables du Pentagone avaient été convoqués jeudi après-midi à la Maison Blanche: outre M. Hagel et le général Odierno, le plus haut gradé américain le général Martin Dempsey, ainsi que les patrons civil et militaire de chacune des branches de l'armée américaine.

Les hauts responsables de l'équipe présidentielle de sécurité nationale, notamment le vice-président Joe Biden et le conseiller de sécurité nationale Tom Donilon, étaient également présents.

Mardi, l'US Army a annoncé avoir ouvert une enquête contre un sergent, pourtant chargé de la prévention contre les violences sexuelles. Il est soupçonné d'avoir agressé sexuellement une subordonnée et de l'avoir contrainte à se prostituer.

La semaine passée, un officier de l'Air Force, également chargé de la prévention contre les violences sexuelles, a été interpellé en état d'ébriété après avoir agressé sexuellement une femme sur un parking.

Les abus sexuels dans l'armée sont en recrudescence, selon un rapport du Pentagone. Leur nombre s'est élevé à 3.374 cas en 2012, en augmentation de 6% par rapport à l'année précédente. Mais elles sont "loin d'être systématiquement rapportées auprès des autorités", précise le rapport.

mra-tq/rap

PLUS:afp