NOUVELLES

USA: le programme de protection des témoins a perdu la trace de terroristes (rapport)

16/05/2013 03:51 EDT | Actualisé 16/07/2013 05:12 EDT

Le programme américain de protection des témoins a perdu la trace de deux anciens de ses participants, "des terroristes avérés ou présumés", qui avaient accepté de collaborer avec la justice et étaient ensuite sortis du programme, selon un rapport rendu public jeudi.

L'Inspecteur général du ministère américain de la Justice (OIG) pointe dans son rapport nombre de "déficiences" et de "vulnérabilités pour notre sécurité nationale" dans ce programme destiné à protéger les témoins et leurs familles.

Ce programme dit WITSEC a pris en charge depuis 40 ans nombre de personnes qui ont coopéré sur des enquêtes majeures de terrorisme, comme l'attentat de 1993 contre le World Trade Center, celui d'Oklahoma City en 1995 ou les attaques contre les ambassades américaines de Nairobi et de Dar-es-Salaam en 1998.

En juillet 2012, les US Marshals, chargés de protéger les témoins, "ont reconnu qu'ils étaient incapables de localiser deux anciens participants du WITSEC identifiés comme des terroristes avérés ou suspects" et ont conclu qu'ils avaient certainement quitté les Etats-Unis, accuse le rapport.

"Ces deux individus avaient quitté le programme il y a des années", a précisé un responsable du ministère de la Justice, soulignant, lors d'un point presse téléphonique, que c'était "un programme volontaire" que les participants "peuvent quitter à tout moment". Les autorités ne les considèrent donc ni comme des "fugitifs" ni comme des "collaborateurs portés disparus".

En outre, le ministère de la Justice n'ayant pas dévoilé d'informations sur les suspects de terrorisme faisant partie du programme, leurs nouvelles identités n'avaient pas été intégrées aux listes de surveillance américaines: il "était ainsi possible à des terroristes avérés ou potentiels d'emprunter des vols commerciaux aux Etats-Unis ou vers les Etats-Unis", dénonce encore le rapport.

Le ministère ne sait "pas vraiment combien de terroristes ou suspects de terrorisme ont été admis dans le programme", souligne le rapport, qui dénonce des "faiblesses" dans la "confidentialité et la sécurité" des participants.

"Pour l'heure, le FBI n'a identifié aucune menace à la sécurité nationale liée à la participation au programme de protection des témoins liés au terrorisme", se défend le ministère, dans un communiqué.

"Au cours des 40 dernières années, aucun de ces témoins n'a jamais commis un seul acte de terrorisme après être entré dans le programme", ajoute-t-il, dans une lettre à l'OIG.

Le ministère a indiqué que le nombre de suspects de terrorisme dans le programme représente 1% de la population totale des témoins pour toutes sortes de crimes, dont la majorité a été admis avant le 11 septembre 2001. Ce total serait de 18.000, a-t-on appris lors du point presse.

chv/mdm

PLUS:afp