NOUVELLES

Honda, du rêve à la réalité

16/05/2013 09:36 EDT | Actualisé 16/07/2013 05:12 EDT

Honda a annoncé son grand retour en F1 à partir de 2015, comme motoriste de l'équipe McLaren, avec un contrat de « plusieurs années ».

Le géant japonais a accepté de revenir, cinq ans après avoir vendu son équipe F1, dans le contexte de l'entrée d'une motorisation moins énergivore. À partir de 2014, les moteurs de F1 seront turbocompressés, feront 1,6 litre de cylindrée et seront associés à des systèmes de récupération d'énergie totalement intégrés.

Les trois principaux motoristes actuels de la F1, Renault, Mercedes-Benz et Ferrari, s'inquiétaient de la disparition prochaine de Cosworth, faute de moyens. Avec le retour de Honda, dans une écurie de pointe comme McLaren, la répartition des forces sera meilleure et la compétition entre motoristes, figée depuis quelques années, va pouvoir reprendre de plus belle.

Le patron de l'équipe McLaren, Martin Whitmarsh, peut enfin parler librement, lui qui était pressé de questions depuis quelques semaines.

Les deux entreprises relanceront « un partenariat légendaire en F1 », marqué par quatre saisons de domination totale, entre 1988 et 1991: tous les titres pilotes et constructeurs, 44 victoires en 80 Grands Prix, grâce au tandem exceptionnel constitué par un Français, Alain Prost, et un Brésilien, Ayrton Senna.

Le président directeur général de Honda, Takanobu Ito, a affiché clairement l'objectif du duo reconstitué: « redevenir numéro un », alors que McLaren est actuellement à la 6e place du championnat 2013 et que Honda est parti fin 2008, en pleine crise financière, avec un bilan catastrophique en F1 : une seule victoire en neuf saisons (2000-2008), grâce à Jenson Button en Hongrie.

« Ma première F1, en 2003, était équipée d'un moteur Honda, a rappelé Jenson Button dans un communiqué, et j'ai remporté mon premier GP dans une Honda (Hongrie 2006), donc je sais parfaitement à quel point Honda est passionné par le sport automobile, la F1 en particulier. Le défi représenté par la nouvelle réglementation technique est une opportunité idéale pour Honda et le savoir-faire de ses ingénieurs. »

Cinq ans après le retrait de Honda d'une F1 en crise, la conjoncture est nettement meilleure pour le troisième constructeur automobile japonais en volume (après Toyota et Nissan). Les profits ont fortement augmenté lors de l'exercice comptable écoulé et des résultats encore meilleurs sont espérés cette année, qui aideront à justifier l'investissement représenté par un retour en F1.

Renault, Mercedes-Benz et Ferrari ont une longueur d'avance dans la construction du moteur V6 turbo, mais Honda a décidé de relever le défi.

PLUS:rc