NOUVELLES

Syrie: Cameron veut des pressions pour obtenir un gouvernement de transition

15/05/2013 05:49 EDT | Actualisé 15/07/2013 05:12 EDT

Le Premier ministre britannique David Cameron a estimé mercredi nécessaire de faire pression "d'urgence" sur le pouvoir et l'opposition en Syrie afin qu'ils proposent des personnalités susceptibles de participer à un gouvernement de transition.

Après un entretien avec le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, M. Cameron a dit "soutenir totalement" le projet américano-russe d'une conférence internationale basée sur l'accord de Genève de juin 2012 prévoyant un gouvernement de transition en Syrie.

"L'important est de faire vraiment pression sur les parties pour qu'elles avancent des noms afin de former un gouvernement de transition et de commencer des négociations détaillées", a-t-il déclaré à la presse.

"Ce que je crains", a-t-il ajouté, "c'est que ce processus prenne trop de temps, il faut agir d'urgence pour faire pression sur les participants afin qu'ils s'accordent sur un gouvernement de transition acceptable par tous en Syrie".

M. Cameron a aussi plaidé pour assouplir un embargo de l'Union européenne sur les armes à destination de la Syrie, qui doit être reéxaminé fin mai.

"Si on ne coopère pas avec l'opposition alors il ne faut pas s'étonner que les éléments extrémistes au sein de cette opposition prennent de l'importance et ce n'est pas ce que nous souhaitons", a-t-il fait valoir.

Au cours de leur entretien, MM. Ban et Cameron ont discuté "de la meilleure manière de convaincre les belligérants en Syrie de participer à la conférence internationale avec des délégations adéquates et la volonté de faire des compromis, notamment sur la question de la transition" démocratique, a indiqué l'ONU dans un communiqué. "A cet égard, il serait essentiel que de nombreux acteurs internationaux les incitent à le faire", ajoute le communiqué.

tw-avz/bdx

PLUS:afp