NOUVELLES

Sanctions/pétrole: l'Iran privé de 3 à 5 milliards de dollars par mois (USA)

15/05/2013 10:51 EDT | Actualisé 15/07/2013 05:12 EDT

L'Iran perd 3 à 5 milliards de dollars par mois en raison des sanctions de la communauté internationale frappant ses exportations de pétrole et visant son programme nucléaire, a affirmé mercredi un haut représentant du Trésor américain.

L'impact économique a poussé le régime "à demander un allégement des sanctions en contrepartie de concessions sur son programme nucléaire", a assuré devant le Congrès américain le sous-secrétaire d'Etat au Trésor chargé de la lutte contre le terrorisme, David Cohen, alors que deux réunions ont lieu mercredi à Vienne et Istanbul sur le programme nucléaire iranien.

Selon M. Cohen, l'arsenal de sanctions notamment américaines et européennes a fait baisser les exportations de brut iranien "d'environ" 50% depuis décembre 2011.

"Les pertes sur les ventes coûtent à l'Iran entre 3 milliards et 5 milliards de dollars par mois", a estimé M. Cohen, selon sa déposition écrite à une commission du Sénat.

Le responsable américain a par ailleurs affirmé que le produit intérieur brut iranien avait reculé de "5 à 8%" en 2012, des chiffres plus alarmistes que ceux du Fonds monétaire international selon lequel l'économie iranienne s'est contractée de 1,9% en 2012.

Selon M. Cohen, les Etats-Unis préparent de nouvelles actions "pour accroître la pression" sur la monnaie iranienne, le rial, qui aurait déjà perdu les "deux-tiers de sa valeur au cours des deux dernières années".

Dans ce cadre, le responsable a souligné que les Etats-Unis sanctionneraient la vente d'or aux citoyens ou institutions iraniens "à partir du 1er juillet".

"Les ventes d'or au gouvernement peuvent être utilisées pour soutenir la monnaie et contrebalancer les difficultés auxquelles le gouvernement fait face pour avoir accès à ses réserves de devises étrangères", a ajouté M. Cohen.

Depuis plusieurs années, les Occidentaux imposent un arsenal de sanctions à l'Iran afin d'empêcher Téhéran de se doter de l'arme atomique sous le couvert de son programme de développement de l'énergie nucléaire.

La République islamique s'en défend et demande la reconnaissance de ses droits au nucléaire civil.

jt/sl/sam

PLUS:afp