NOUVELLES

Un ours polaire sur la colline du Parlement à Ottawa

15/05/2013 10:53 EDT | Actualisé 15/07/2013 05:12 EDT
Radio-Canada.ca

La réplique grandeur nature d'un ours polaire a foulé le sol de la colline du Parlement, à Ottawa, mercredi matin. Cette action, mise en scène par le groupe environnemental Greenpeace, survient le jour même du début de la présidence du Canada au Conseil de l'Arctique.

Greenpeace s'inquiète de l'attitude du gouvernement Harper, qui est favorable aux forages pétroliers en Arctique. L'organisme craint que le Canada utilise le Conseil de l'Arctique pour promouvoir les intérêts de l'industrie dans cette région du monde.

Le groupe environnemental craint une éventuelle catastrophe environnementale advenant un déversement de pétrole près du pôle Nord.

« On ne peut pas éviter tout déversement et on ne peut surtout pas les nettoyer actuellement. Imaginez une catastrophe comme DeepWater Horizon, qui s'est passée dans le golfe du Mexique, mais en Arctique, à des milliers de kilomètres sans aucune capacité d'intervention », s'inquiète Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie et Arctique de Greenpeace.

L'organisme déplore également qu'aucune action significative ne soit prévue dans l'agenda du Conseil de l'Arctique pour combattre les changements climatiques, incluant une entente juridiquement contraignante pour prévenir les déversements.

Greenpeace fait circuler une pétition afin d'éviter que le Canada change la mission du Conseil de l'Arctique. Près de 3 millions de personnes l'ont déjà signée.

Le Canada assurera pour les deux prochaines années la présidence du Conseil de l'Arctique, une organisation composée de huit nations circumpolaires qui souhaitent promouvoir le développement durable de cette région.