NOUVELLES

Leonardo DiCaprio a une nouvelle vision de «Gatsby le magnifique»

15/05/2013 03:02 EDT | Actualisé 15/07/2013 05:12 EDT

CANNES, France - Comme des millions d'adolescents, Leonardo DiCaprio a lu et adoré le roman «Gatsby le magnifique». Mais l'acteur dit en avoir réellement compris le sens plusieurs années plus tard.

La vedette de l'adaptation cinématographique de l'ouvrage signé F. Scott Fitzgerald a affirmé que le fait de parcourir de nouveau le livre l'avait mené à la conclusion qu'il ne s'agissait finalement pas d'une histoire d'amour tragique, contrairement à ce qu'il avait toujours cru.

«Je me souviens avoir lu le livre alors que j'étais jeune et de l'avoir aimé, d'avoir été fasciné par (Jay) Gatsby», a lancé l'acteur mercredi devant les journalistes réunis dans le cadre du 66e Festival de Cannes.

«Ultimement, j'ai été fasciné par le personnage de Gatsby. Il m'a touché. Ce n'était donc plus une histoire d'amour pour moi. C'est devenu la tragédie de ce néo-Américain, de cet homme qui arrive dans un nouveau monde où tout est possible, et à une époque de grande opulence, dans les années 1920», a-t-il exposé.

«Il essayait de devenir un Rockefeller, un grand Américain, et au gré de ses expériences, il a fini par oublier qui il était.»

Le long métrage a été reçu plutôt tièdement par la critique. Mais la performance de Leonardo DiCaprio, elle, a été saluée, et il est débarqué sur la Croisette fort de ces critiques élogieuses.

Le fait de présenter «Gatsby le magnifique» en ouverture du Festival de Cannes a permis de donner un prestigieux coup d'envoi à cette grande fête du cinéma.

Sur le tapis rouge, Leonardo DiCaprio était accompagné d'utres membres de la distribution du long métrage, dont Tobey Maguire, Carey Mulligan et Joel Edgerton.

Selon l'acteur de 38 ans, le réalisateur du film Baz Luhrmann, avec qui il avait travaillé sur le plateau de «Roméo et Juliette» en 1996, a réussi à tirer le meilleur de toute l'équipe qui l'entourait.

«À tous les jours, au travail, il nous inspire non seulement à faire de notre mieux, mais aussi à avoir des idées de grandeur», a expliqué Leonardo DiCaprio.

«On ne peut pas entrer dans une pièce avec cet homme sans en ressortir inspiré, nostalgique, et sans avoir l'impression qu'on fait partie de quelque chose de spécial», a résumé l'acteur.

Baz Luhrmann est l'un des chouchous du Festival de Cannes — son premier long métrage, «Fais-moi danser» («Strictly Ballroom»), y a été projeté en 1992 et son film «Moulin Rouge» a été présenté en ouverture une décennie plus tard.

Il s'est dit ravi d'emmener «Gatsby» à Cannes, où F. Scott Fitzgerald et son épouse Zelda ont vécu dans le faste et la décadence qui a servi de trame de fond au roman de l'écrivain.

«Il l'a écrit à environ 20 milles d'ici (...) pendant que son épouse avait une aventure sur la plage, juste là», a lancé le cinéaste australien.

«La chose à laquelle je songe, c'est à quel point cette douleur et cette beauté ont inspiré son écriture», a-t-il ajouté.

Le Festival de Cannes, qui s'est amorcé mercredi sous la pluie, se déroulera jusqu'au 26 mai.

PLUS:pc