NOUVELLES

Espionnage: Moscou proteste auprès de l'ambassadeur des États-Unis

15/05/2013 09:48 EDT | Actualisé 15/07/2013 05:12 EDT

MOSCOU - Le ministère des Affaires étrangères russe a protesté auprès de l'ambassadeur américain en Russie, mercredi, en lien avec l'interpellation d'un diplomate qui aurait tenté de recruter un agent de contre-espionnage pour le compte de la CIA.

L'ambassadeur Michael McFaul s'est présenté devant l'édifice du ministère à Moscou, pour en ressortir 30 minutes plus tard, mais n'a fait aucune déclaration aux journalistes présents. Un communiqué du ministère des Affaires étrangères a indiqué que le sous-ministre adjoint Sergeï Ryabkov avait remis le document à M. McFaul au cours de cet entretien, où il a également été question d'autres enjeux internationaux.

La télévision d'État russe a aussi diffusé les images d'un autre présumé espion américain, qui aurait été expulsé plus tôt cette année. On y voit un représentant du Service fédéral de sécurité (FSB), assis dans le noir et soutenant qu'un agent de la CIA a été expulsé en janvier. L'ambassade américaine n'a toujours pas commenté ce dossier.

Les autorités russes ont déclaré mardi avoir brièvement détenu Ryan Fogle, troisième secrétaire à l'ambassade américaine, qui aurait tenté de recruter un membre des services secrets russes. Il aurait été interpellé en possession d'une importante somme d'argent, d'équipement technique spécial, d'un déguisement et d'instructions écrites. Le suspect a par la suite été remis aux représentants de l'ambassade américaine.

Il s'agirait d'une première accusation publique d'espionnage par Moscou depuis une dizaine d'années. Le département d'État américain s'est contenté de confirmer que l'homme était bien un employé de l'ambassade américaine, sans toutefois préciser son rôle en Russie. La CIA a refusé de commenter l'affaire.

Le ministère des Affaires étrangères a rapidement déclaré Ryan Fogle persona non grata, lui ordonnant de quitter immédiatement le territoire russe. Il ne peut être arrêté en raison de son immunité diplomatique.

PLUS:pc