NOUVELLES

Conseil de l'Arctique: le Canada veut promouvoir le développement industriel

15/05/2013 05:01 EDT | Actualisé 15/07/2013 05:12 EDT
HPQc

Le Canada a promis de promouvoir le développement industriel dans le Grand Nord en prenant mercredi la présidence tournante du Conseil de l'Arctique pour deux ans, tandis que des militants appelaient à un moratoire sur les forages pétroliers dans la région.

"Avec l'aide de nos partenaires du Conseil de l'Arctique, nous allons nous concentrer sur la promotion du développement économique et de communautés nordiques viables", a dit la ministre des Affaires autochtones et du Développement du Nord, Leona Aglukkaq, lors d'une téléconférence depuis la Suède.

C'est là une priorité de tous les membres du Conseil, a-t-elle affirmé, ajoutant que le développement devait se faire d'une "manière soutenable pour l'environnement".

Forum intergouvernemental rassemblant les riverains de l'Arctique (Canada, Danemark, Etats-Unis, Finlande, Islande, Norvège, Russie et Suède), le Conseil promeut la coopération en matière de protection de l'environnement, d'exploitation pétrolière et minière, de trafic maritime, de pêche et de tourisme.

L'Arctique intéresse de plus en plus la communauté internationale, alors que la hausse des températures fait fondre la banquise et ouvre de nouvelles routes de navigation, rendant plus facile l'exploitation de matières premières autrefois inaccessibles.

Mme Aglukkaq a tenu ces propos au moment où des membres de l'organisation Greenpeace manifestaient devant le parlement canadien pour que le pays décrète un moratoire sur l'exploration gazière et pétrolière dans l'Arctique.

Les écologistes ont aussi demandé qu'une vaste région inhabitée autour du pôle Nord devienne un sanctuaire, protégé contre le développement industriel.

"Nous ne laisserons pas le gouvernement du Premier ministre Stephen Harper utiliser les deux prochaines années pour faire avancer son ordre du jour de destruction industrielle au Conseil de l'Arctique", a déclaré une responsable de Greenpeace, Christy Ferguson.

"Le Conseil de l'Arctique doit être un forum pour prévenir les désastres écologiques comme les marées noires et pour combattre le changement climatiques, pas pour les faciliter", a-t-elle ajouté.

Mme Aglukkaq a rétorqué que les habitants de la région "veulent le développement".